NOUVELLES

Le vice-Premier ministre grec Pangalos ne se représentera pas aux élections

24/03/2012 10:20 EDT | Actualisé 24/05/2012 05:12 EDT

ATHENS, Greece - Le vice-Premier ministre grec Theodoros Pangalos a annoncé samedi qu'il ne se représenterait pas aux élections anticipées attendues en mai prochain. Ce parlementaire vétéran du PASOK, le parti socialiste grec, avait suscité de vives réactions en affirmant que les citoyens ordinaires étaient tout aussi responsables de la crise actuelle que leurs hommes politiques.

Elu au Parlement depuis 1981, Theodoros Pangalos, 73 ans, a annoncé sur la chaîne publique NET qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat aux législatives et a prédit que ni le PASOK ni les conservateurs de la Nouvelle démocratie (ND), réunis actuellement au sein d'un gouvernement de coalition, ne réussiraient à obtenir la majorité.

Fidèle à son franc-parler habituel, il a ajouté qu'il ne pensait pas que les deux partis pourraient continuer à gouverner ensemble. "Les deux plus grands partis démontrent qu'ils ne peuvent pas gouverner ensemble, même si une grande part des décisions qu'ils devront prendre est dictée" par les accords sur les deux plans de sauvegarde octroyés par la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI).

Alors qu'on lui demandait si les politiques qui ont contribué à pousser le pays à la faillite pourraient le sortir de la crise il a répondu: "bien sûr que non". "C'est pourquoi je prends ma retraite".

"Nous avons dévoré (l'argent) ensemble", avait-il lancé quand l'étendue de la crise de la dette grecque était apparue au grand jour. Des mots qui avaient provoqué une vive polémique et lui sont encore régulièrement reprochés. Figure imposante de la politique grecque, M. Pangalos a été agressé verbalement et physiquement, ses détracteurs lui jetant même du yaourt.

M. Pangalos a été plusieurs fois ministre. Il est devenu vice-Premier ministre du gouvernement socialiste de Georges Papandréou en 2009, poste qu'il a conservé dans l'actuel gouvernement. AP

sb/v0178

PLUS:pc