Sébastien Toutant: le Ride Shakedown de Saint-Sauveur prépare l'arrivée du roi de la montagne (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Sébastien Toutant, roi de la montagne à 19 ans.
Sébastien Toutant, roi de la montagne à 19 ans.

À seulement 19 ans, Sébastien Toutant trône au sommet du monde de la planche à neige de type slopestyle, une discipline qui fera son entrée officielle aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014. Concluant sa saison internationale au Ride Shakedown du Mont Saint-Sauveur, le jeune phénomène québécois vous invite à faire partie des 25 000 personnes attendues les 30 et 31 mars prochain.

Malgré la popularité de l’épreuve dans les Laurentides, qu’il a lui-même remportée trois fois par le passé, Sébastien affirme que le slopestyle – une descente composée d’obstacles, de sauts et de rampes – est franchement moins connu au Québec qu’ailleurs sur la planète. Loin des clichés voulant que les planchistes soient uniquement des jeunes qui aiment faire la fête, Toutant consacre dix heures par jour à ses entrainements de planche, de musculation et de trampoline.

Âgé de neuf ans, il embarque sur une planche à neige pour la première fois. Le jeune homme originaire de L’Assomption a treize ans lorsqu’il surprend la communauté internationale de slopestyle en remportant sa première compétition professionnelle. «En gagnant le Shakedown de Saint-Sauveur en 2006, j’ai pris conscience de mon potentiel et je me suis fait découvrir par mes commanditaires. Cette année-là, j’ai vécu un rêve auquel je n’avais même pas encore eu le temps de rêver.»

Évoluant dans un monde où les meilleurs planchistes peuvent accumuler des millions chaque année grâce aux séances photos et aux films de démonstrations, Sébastien Toutant se concentre actuellement sur les compétitions. Plusieurs fois médaillé aux X-Games d’hiver, nommé meilleur planchiste slopestyle des circuits TTR et Dew Tour au cours de la dernière année, le jeune phénomène surnommé Seb Toots vise un quatrième titre sur la montagne où sa carrière a été lancée. «La compétition est très importante pour moi. Le format jam est plus décontracté qu’ailleurs, il y a moins de pression sur les athlètes et la foule est une des meilleures que j’ai vues. On est plusieurs Québécois à performer depuis quelques années et c’est vraiment divertissant pour le public», assure celui qui participe à une vingtaine de compétitions par année.

Gagnant en crédibilité au cours de la dernière décennie, les sports extrêmes comme la planche à neige slopetyle font graduellement leur entrée aux Jeux olympiques d’hiver et obtiennent de plus en plus de succès auprès d’un large public. Une situation que Sébastien semble d’ailleurs gérer avec beaucoup d’aisance. «Quand les jeunes me demandent des autographes, je trouve ça valorisant de voir qu’ils aimeraient m’imiter. Au lieu de me monter à la tête, la popularité me pousse à rester concentré et à toujours m’améliorer.»

Rêvant de pouvoir vivre de la planche à neige slopetyle jusqu’à l’âge de 30 ans, Sébastien Toutant désire accomplir un objectif majeur entre temps: épater le Québec et la planète en entier aux Jeux olympiques de 2014, qui seront présentés en Russie.