NOUVELLES

La Bourse de Toronto grimpe avec le rebond des matières premières

23/03/2012 05:02 EDT | Actualisé 23/05/2012 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a engrangé vendredi un gain de plus de 100 points grâce au rebond des cours des matières premières, les investisseurs ayant essentiellement fait fi de la publication d'un rapport décevant sur les ventes de maisons neuves aux États-Unis.

L'indice composé S&P/TSX a avancé de 103,9 points pour clôturer à 12 465,7 points. Tous les secteurs du parquet torontois ont progressé, l'influent indice des métaux ayant ouvert la marche à ce chapitre. La Bourse de croissance TSXV a pris 14,9 points à 1555,6 points.

Le dollar canadien s'est quant à lui apprécié de 0,1 cent US à 100,13 cents US, après avoir reculé sous le niveau de la parité avec le billet vert américain en cours de séance.

Les investisseurs ont notamment tenu compte du rapport de Statistique Canada sur l'inflation, qui continue d'accélérer avec les hausses des prix de l'essence et des aliments. Elle a atteint 2,6 pour cent en février, ce qui représente une deuxième hausse en autant de mois.

L'inflation de base — qui exclut les prix les plus volatils, comme ceux de l'énergie et des aliments frais — a avancé à 2,3 pour cent, ce qui est supérieur à la cible de deux pour cent préconisée par la Banque du Canada.

Le cours du pétrole brut a gagné 1,52 $ US à 106,87 $ US le baril à la Bourse de matières premières de New York. Le secteur de l'énergie a progressé de 0,9 pour cent, l'action de Canadian Natural Resources (TSX:CNQ) ayant chuté de 12 cents à 33,68 $.

Le lingot d'or a pris 19,90 $ US à 1662,40 $ US l'once, ce qui a aidé le secteur des matériaux du TSX à prendre 1,6 pour cent. Le titre de Barrick Gold (TSX:ABX) a notamment pris 72 cents à 43,77 $.

Le prix du cuivre a aussi grimpé, prenant 4 cents US à 3,81 $ US la livre à New York. Le secteur minier de Toronto s'est accru de 0,8 pour cent, entre autres grâce au titre de Teck Resources (TSX:TCK.B), qui a pris 9 cents à 35,24 $.

La performance du marché canadien a surpassé celle de plusieurs autres places boursières vendredi, avec un rebond qui a été largement attribuable aux cours des matières premières, a observé Stephen Lingard, directeur chez Franklin Templeton Multi-Asset Strategies.

L'inflation rapportée par Statistique Canada, relativement cohérente, témoigne aussi d'une économie en bonne santé, ce qui pourrait aussi encourager les investisseurs sur le TSX, a ajouté M. Lingard.

Entre-temps, Wall Street a renversé les pertes affichées plus tôt dans la journée, les courtiers ayant préféré favoriser les solides rapports financiers émis par plusieurs sociétés américaines aux perspectives de ralentissement économique mondial et aux données faisant état d'un troisième recul mensuel consécutif des ventes de maisons neuves en février aux États-Unis.

«Le marché est un peu confus pour ce qui est du court terme», a noté M. Lingard, ajoutant que les données plus décevantes en provenance des États-Unis n'étaient probablement qu'un épiphénomène dans la tendance à plus long terme qui témoigne plutôt d'une reprise économique.

Plusieurs entreprises issues de différents secteurs ont dévoilé des résultats financiers satisfaisants cette semaine — notamment Nike, Oracle, Tiffany et Discover Financial. Cependant, la vigueur de leurs résultats est accompagnée d'une certaine inquiétude puisque ces sociétés comptent sur de solides ventes en Asie et en Europe. Or, des rapports publiés plus tôt cette semaine en Chine et en Europe semblent annoncer un certain ralentissement dans ces économies.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a avancé de 34,6 points à 13 080,7 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq a pris 4,6 points à 3067,9 points et que l'indice élargi S&P 500 a grimpé de 4,3 points à 1397,1 points.

Le département américain du Commerce a fait état d'un recul de 1,6 pour cent des ventes de maisons neuves le mois dernier. Celles-ci ont reculé de près de sept pour cent depuis décembre, mais les prix ont grimpé pour atteindre leur plus haut niveau en huit mois, ce qui laisse croire que les constructeurs anticipent une plus forte demande dans les mois à venir.

PLUS:pc