Huffpost Canada Quebec qc

Pour Froch, Bute n'a pas encore défendu son titre contre un boxeur d'élite

Publication: Mis à jour:
LUCIAN BUTE
Lucian Bute fait partie des quatre ou cinq meilleurs boxeurs de 168 livres au monde. (Photo Archives) | NHLI via Getty Images

MONTRÉAL - Carl Froch estime que Lucian Bute fait partie des quatre ou cinq meilleurs boxeurs de 168 livres au monde, mais qu'il n'a encore jamais défendu son titre de l'IBF face à un adversaire faisant partie de l'élite mondiale.

«Il n'a jamais affronté un boxeur qui se trouve au sommet de la division encore» a déclaré l'Anglais de 34 ans, mercredi, lors de la conférence de presse montréalaise pour mousser le combat de championnat du monde des super moyens qui sera présenté au Capital FM Arena de Nottingham, en Angleterre, le 26 mai prochain.

Bute (30-0, 24 K.-O.) y défendra alors son titre acquis le 19 octobre 2007 face à Alejandro Berrio contre Froch (28-2, 20 K.-O.). Celui-ci vient tout juste de perdre la finale du tournoi Super Six, auquel Bute n'avait pas été convié, face à Andre Ward.

«Et je pense encore tout ce que j'ai dit à son sujet, ajoute-t-il. Ce qui a changé, c'est qu'il a maintenant accepté de venir se battre dans ma cour et de m'affronter, moi qui suis l'un des meilleurs boxeurs de la division, ce qu'il n'a jamais affronté auparavant.

«Alors vous devez changer d'opinion à son sujet quand il relève le défi. Et c'est ce qu'il fait en acceptant de m'affronter.»

Il était primordial pour Froch que ce combat ait lieu en Angleterre après avoir boxé à l'étranger au cours des deux dernières années et demie.

«Je le voulais pour mes partisans au Royaume-Uni. J'en ai été éloigné pendant si longtemps. Mais j'aime aussi me battre à l'étranger. Découvrir de nouveaux pays, de nouveaux endroits. Ça fait partie de mon expérience de vie et de ma carrière. (...) Je serai heureux de revenir à Montréal plus tard cette année pour accorder la revanche à Lucian inscrite au contrat.»

Bute voit cela d'un tout autre oeil.

«Dans sa tête, il espérait que je n'accepte pas d'aller chez lui, croit le boxeur de 32 ans. Il était convaincu que j'allais dire non. On le voit seulement à son attitude: avant, il parlait, il parlait, il parlait. Une fois que j'ai accepté d'y aller, il a été surpris. Je l'ai senti dans la conférence.

«C'est pour ça qu'il a fait sa déclaration à l'effet que je suis soit très confiant, soit stupide. Déjà, j'ai commencé à jouer dans sa tête. Il y pense. On voit qu'il n'est pas sûr. Maintenant, même quand il dormira, il va penser à moi.»

Et Bute croit que de livrer un combat chez soi met aussi de la pression.

«Ça fait deux ans et demi qu'il n'a pas boxé chez lui, souligne-t-il. Quand un champion s'en va chez lui, dans sa cour, devant ses partisans, je le sais: ça va jouer contre lui. Quand j'ai boxé en Roumanie, la pression était sur moi, pas sur (Jean-Paul) Mendy.»

Bute estime également qu'un boxeur qui défend avec succès sa ceinture neuf fois ne doit pas être trop stupide, même si Froch diminue la valeur de cet exploit en qualifiant les adversaires du Montréalais d'adoption de boxeurs de second plan.

L'Anglais de 34 ans accepte néanmoins de comparer Bute aux Ward, Mikkel Kessler et lui-même, pour autant qu'on ne le classe pas en avant de ces boxeurs dans quelque classement que ce soit «puisqu'il ne nous a pas affrontés».

Malgré son analyse et tous les propos désobligeants que Froch a tenus à l'endroit de Bute par le passé, on sent un immense respect entre les deux boxeurs. Le clan de l'Anglais donne d'ailleurs beaucoup de crédit au Roumain d'avoir accepté d'aller défendre sa ceinture au Capital FM Arena, «où tout le monde connaît presque personnellement Carl (Froch)», aux dires de son promoteur, Eddie Hearn.

Réaliste, Bute s'attend à vivre des moments difficiles en Angleterre. L'aréna de 9000 places n'a prévu que quelques centaines de billets pour les partisans de Bute. Tous les autres devraient être écoulés en Angleterre.

«C'est sûr que les 10 premières minutes seront difficiles. Le trajet du vestiaire au ring ne sera pas comme d'habitude. Mais une fois que la cloche aura sonné, ça se passera entre lui et moi. La foule, l'arbitre et même nos entraîneurs n'auront plus aucune influence.

«C'est certain que lorsqu'il connaîtra de bons moments, ce sera très bruyant. Mais quand ce sera moi qui connaîtrai de bons moments, ce sera très silencieux. On entendra juste les quelques Québécois — et Roumains, j'espère — crier: 'Allez Bute!'.»

Sur le web

Bute-Froch devant «une foule hostile» le 26 mai

Bute-Froch: où se tiendra le duel?

Le duel Bute-Froch au Capital FM Arena

Lucian Bute, Jean Pascal, David Lemieux et Antonin Décarie à Mascouche

L'IBF ordonne un choc Stevenson-Andrade

Le duel Bute-Froch à Nottingham