Vincent Van Gogh: le tableau «Nature morte avec fleurs des champs et roses» authentifié aux Pays-Bas

Van Gogh

Première Publication: 20/03/2012 09:27 Mis à jour: 21/03/2012 11:54

Une nature morte initialement attribuée à Vincent Van Gogh (1853-1890) puis à un artiste anonyme a finalement été authentifiée comme étant bien l'oeuvre du peintre impressionniste néerlandais, ont annoncé des chercheurs mardi.

Grâce à une nouvelle technique employant les rayons X, ils ont ré-examiné la scène de deux lutteurs peinte sous la nature morte et se sont appuyés sur ce que l'on sait des études de l'artiste en Belgique pour conclure que la «Nature morte avec fleurs des champs et roses» était un authentique Van Gogh.

Le tableau est accroché au Musée Kröller-Müller, situé près du village d'Otterlo, dans le centre des Pays-Bas, qui expose également d'autres oeuvre du peintre tourmenté.

«Toutes les pièces (du puzzle) se sont emboîtées» quand le tableau a été authentifié, a expliqué Louis van Tilborgh, l'un des principaux experts au musée Van Gogh d'Amsterdam, qui a participé aux recherches.

Le Musée Kröller-Müller avait acheté en 1974 la toile de 100 cm sur 80 cm, dont on pensait alors qu'elle avait été peinte quand Vincent Van Gogh était allé vivre chez son frère Theo à Paris à la fin 1886. «Mais une fois (le tableau) accroché, le doute s'est insinué», selon M. Van Tilborgh, joint au téléphone par l'Associated Press.

Des experts trouvaient la toile trop grande pour cette période et la nature morte trop exubérante, trop chargée. En outre, Van Gogh n'avait pas l'habitude de signer ainsi dans le coin haut droit. En 2003, le musée a décidé d'attribuer la peinture à un artiste anonyme, mais les chercheurs ne se sont pas avoué vaincus et, cinq ans plus tard, un examen aux rayons X révélait l'image de deux lutteurs sous la nature morte. La nouvelle expertise plus fine a permis de distinguer davantage de détails, et tout désigne à nouveau Van Gogh.

Faire poser des modèles masculins à moitié nus et utiliser de grande toiles est typique de l'école d'Anvers où Van Gogh a étudié début 1886, souligne le musée dans son communiqué. En outre, l'artiste impécunieux demande dans une lettre à son frère Theo de lui acheter de grandes toiles, de nouvelles brosses et de la peinture. Theo lui envoie le matériel et, une semaine plus tard, Vincent évoque dans une lettre enthousiaste le tableau des deux lutteurs.

Selon M. Van Tilborgh, la technique des coups de pinceau et pigments employés pour cette peinture correspondent à ce que savent les experts du travail de Van Gogh à Anvers. Les lutteurs expliquent aussi «l'exubérance atypique» de la nature morte qui a dû couvrir la première oeuvre, estime le Musée Kröller-Müller Museum. La nature morte occupe désormais une place de choix dans la collection Van Gogh de l'établissement.

Le communiqué du Musée Kröller-Müller (en anglais):

http://www.kmm.nl/news?lang=en

SUIVRE LE Québec

Publié par Julie Marcil  |