Présidentielle en France: dix candidatures validées par le Conseil constitutionnel

Candid

Première Publication: 19/03/2012 14:43 Mis à jour: 21/03/2012 11:59

PARIS - Ils seront dix à briguer l'Élysée en 2012: la campagne présidentielle a franchi lundi une étape décisive avec l'annonce par le Conseil constitutionnel de la liste officielle des candidats habilités à participer au premier tour le 22 avril prochain.

À l'issue d'une séance plénière des sages de la rue Montpensier, Jean-Louis Debré, président de la haute juridiction, a lui-même rendu publique cette liste, qui ne recèle aucune surprise.

Eva Joly (Europe Ecologie-Les Verts), Marine Le Pen (Front national), Nicolas Sarkozy (UMP), Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche), Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), François Bayrou (MoDem), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) et François Hollande (PS) — selon leur ordre de tirage au sort, qui comptera pour l'affichage et la présentation des bulletins de vote — figurent parmi les dix candidats ayant rassemblé au moins 500 signatures d'élus dûment validées par le Conseil.

Le dixième candidat — septième du tirage au sort — n'appartient pas aux partis traditionnels.

L'indépendant Jacques Cheminade, qui a déjà été candidat à l'Elysée en 1995 (il avait recueilli 0,28 pour cent au premier tour, NDLR), se présente comme un «gaulliste de gauche».

Incertaine jusqu'au bout, la candidature de Corinne Lepage (Cap21) a finalement été écartée par les sages, qui ont vérifié tout le week-end la validité des derniers parrainages parvenus au Conseil constitutionnel, notamment d'outre-mer.

«En 22 jours, du 24 février au 16 mars, le Conseil constitutionnel a reçu 15 047 présentations, qui ont été vérifiées les unes après les autres», a précisé Jean-Louis Debré devant la presse.

«Ainsi, environ 36 pour cent des élus habilités ont présenté un candidat. Après instruction, seules 257 présentations, soit 1,7 pour cent, ont écartées comme non-conformes.»

Pour chaque candidat validé, le Conseil doit encore tirer au sort puis publier au Journal officiel, au moins huit jours avant le premier tour, une liste de 500 noms d'élus parmi ceux qui leur auront apporté leur soutien.

Avec l'officialisation des candidatures, les médias audiovisuels vont devoir gérer strictement le temps de parole des prétendants à l'Élysée. À compter de mardi, minuit, et jusqu'au 8 avril, radios et chaînes de télévision devront respecter l'égalité du temps de parole mais pourront décider des émissions dans lesquels les candidats s'expriment. Après le 8 avril, les interventions des candidats devront se faire dans des émissions comparables.

SUIVRE LE Québec

Publié par Geoffrey Dirat  |