Huffpost Canada Quebec qc

Air Canada : les pilotes contestent la loi spéciale

Publication: Mis à jour:
Avions d'Air Canada à l'aéroport d'Halifax. (Photo PC/Andrew Vaughan)
Avions d'Air Canada à l'aéroport d'Halifax. (Photo PC/Andrew Vaughan)

(Radio-Canada.ca) - Le climat s'envenime entre Air Canada et le syndicat qui représente ses 3000 pilotes. L'Association des pilotes demandera une injonction interlocutoire, lundi, pour contester la constitutionnalité de la loi spéciale adoptée par le Parlement fédéral la semaine dernière.

Selon le président de l'Association, Jean-Marc Bélanger, la loi est incompatible avec la Loi de l'aéronautique. « On ne peut pas forcer un pilote, de façon arbitraire, à aller travailler. [...] Deuxièmement, ça nous enlève nos droits », a-t-il déclaré.

La loi prévoit le maintien des activités du transporteur en cas de grève ou de lock-out et le recours à l'arbitrage pour mettre fin au conflit. La ministre du Travail, Lisa Raitt, a dit vouloir éviter qu'une interruption des activités d'Air Canada ne perturbe l'économie canadienne.

Tant le syndicat des pilotes que celui qui représente les machinistes et les bagagistes ont adopté des mandats de grève au cours des dernières semaines. Ce sont les derniers groupes à ne pas s'être entendus avec la direction sur un nouveau contrat de travail.

Les pilotes rejettent les accusations de la direction

Le président de l'Association des pilotes nie par ailleurs que ses membres aient mené des moyens de pression au cours du week-end, comme le soutient Air Canada. Selon l'entreprise, un nombre anormalement élevé de pilotes se sont déclarés malades, dans le but de perturber ses activités. Le transporteur a dû annuler ou retarder des dizaines de vols, en particulier à l'aéroport Pearson de Toronto.

M. Bélanger soutient que les retards et les annulations ont plutôt été causés par le brouillard et par un incendie à l'aéroport Pearson. Selon lui, ces éléments ont aussi nui aux activités d'autres entreprises aériennes.