Huffpost Canada Quebec qc

Le roi du Tonga, George Tupou V, meurt à 63 ans lors d'une visite à Hong Kong

Publication: Mis à jour:
GEORGE TUPOU
Le roi du Tonga George Tupou V avait abandonné la majeure partie de ses pouvoirs pour mettre sur pied un gouvernement plus démocratique à la nation insulaire du Pacifique. | AFP/Getty Images

WELLINGTON, Nouvelle-Zélande - Le roi du Tonga George Tupou V, qui a abandonné la majeure partie de ses pouvoirs pour mettre sur pied un gouvernement plus démocratique à la nation insulaire du Pacifique, est mort dimanche dans un hôpital de Hong Kong, à l'âge de 63 ans.

Le premier ministre tongan Siale'ataonga Tu'ivakano a déclaré lundi, dans le cadre d'un bref discours transmis à la radio, que le roi était mort à 15 h, dimanche, lors d'une visite à Hong Kong. Il n'a pas révélé la cause du décès, mais a indiqué que d'autres détails et les plans des funérailles seraient divulgués dès que possible.

Le premier ministre a ajouté que le frère cadet du roi et héritier du trône, le prince Tupouto'a Lavaka, était aux côtés du roi lorsque celui est décédé.

Le roi, qui était célibataire, a reçu un nouveau foie l'an dernier et souffrait d'autres problèmes de santé, selon les médias tongans. Il a régné sur l'État insulaire de 106 000 citoyens depuis la mort de son père, Taufa'ahau Tupou IV, en 2006.

Celui-ci a longtemps résisté à la pression pour céder des pouvoirs de la monarchie absolue du pays au cours de son règne de 40 ans. Mais après sa mort, des émeutiers mécontents du rythme des réformes sont descendus dans la rue et ont détruit le centre-ville de la capitale, Nuku'alofa.

Confronté à cette opposition, le nouveau roi a repoussé son couronnement jusqu'en 2008, tandis qu'il mettait sur pied les fondations nécessaires pour des réformes politiques importantes.

Bien que le Parlement dispose ainsi de la majorité des pouvoirs pour gérer l'État au jour le jour, le roi conserve le pouvoir d'imposer un veto à l'adoption des lois, d'imposer la loi martiale et de dissoudre le Parlement.

Le premier ministre néo-zélandais John Key a publié un communiqué, lundi, dans lequel il dit espérer que le travail du roi ayant mené le Tonga vers la démocratie se poursuivrait.