Graham James:des médias veulent avoir le droit de filmer l'audience sur la peine

Publication: Mis à jour:
JAMES GRAHAM AUDIENCE
Ex-entraîneur de hockey Graham James. (PC) | CP

WINNIPEG - Des médias ont demandé au tribunal la permission de faire entrer les caméras lors de l'audience sur la détermination de la peine de l'ex-entraîneur de hockey Graham James, mardi prochain à Winnipeg.

L'homme avait plaidé coupable en décembre à des accusations d'agressions sexuelles répétées contre les anciens joueurs de hockey junior Theoren Fleury et Todd Holt.

Me Bob Sokalski, l'avocat représentant les quatre médias — CTV, CBC, Global Television et le Winnipeg Free Press —, a soutenu vendredi devant la juge de la cour du Manitoba que filmer l'audience était une façon, pour le public canadien, d'observer le déroulement des procédures.

Il a ajouté que les Canadiens étaient particulièrement intéressés à voir ces procédures.

Les avocats représentant Graham James ont toutefois plaidé le droit constitutionnel de leur client à la vie privée, ajoutant que le fait de le filmer pourrait s'avérer une menace à sa sécurité.

La juge Catherine Carlson rendra sa décision lundi, la veille de l'audience sur la détermination de la peine.

La Couronne demande une peine d'emprisonnement de six ans, tandis que la défense réclame une peine d'emprisonnement avec sursis — excluant donc tout séjour en prison.