F-35: Ottawa dispose d'une flexibilité sur l'échéancier et le nombre d'appareils

F35

Première Publication: 16/03/2012 11:03 Mis à jour: 16/03/2012 15:39

OTTAWA - Le gouvernement Harper ne semble plus aussi attaché à l'idée d'acheter une soixantaine d'avions de chasse F-35 quoi qu'il arrive.

Plus tôt cette semaine, le ministre associé de la Défense nationale, Julian Fantino, disait à un comité parlementaire que son gouvernement pourrait encore laisser tomber toute l'affaire.

Vendredi matin, dans un discours devant l'Association des industries canadiennes de défense et de sécurité (AICDS), le ministre a précisé que toutes les options sont sur la table concernant les avions de chasse furtifs F-35.

Le ministre Fantino a souligné que son gouvernement n'a pas l'intention de dépasser le budget prévu, de 9 milliards $, pour remplacer les chasseurs CF-18 vieillissants.

«Nous réussirons à remplacer les CF-18 d'une manière responsable, de façon à protéger l'argent des contribuables», a-t-il promis.

À Montréal, quelques heures plus tard, le premier ministre Stephen Harper lui faisait écho.

«Nous continuons à travailler avec nos alliés en développant de nouveaux avions, a-t-il dit. Mais en même temps, évidemment, nous n'avons pas encore signé de contrat et nous gardons la flexibilité pour assurer un bon prix pour les contribuables.»

Le développement du nouvel avion de chasse ne se passe pas aussi bien que prévu. Les experts prédisent depuis des mois que son prix d'achat va augmenter. Et si cela décourageait certains pays qui hésitent, maintenant, à passer des commandes, le prix augmenterait davantage.

Le changement de ton du ministre Fantino et du premier ministre laisse croire qu'ils se sont rendus à l'évidence.

Cet automne encore, ils faisaient la sourde oreille aux avertissements concernant le prix fluctuant de ces avions.

«Nous achèterons les F-35», disait le ministre Fantino dans un discours le 8 novembre dernier au Texas, là où la firme Lockheed Martin construit les avions.

«Nous faisons partie de la croisade. Nous ne reculerons pas», jurait alors le ministre.

L'opposition au Parlement réclame qu'on reprenne le processus à la case départ et que le gouvernement procède à un appel d'offres.

«Qu'on vienne nous justifier qu'on a vraiment besoin de ces F-35-là, a réclamé le libéral Denis Coderre. Aujourd'hui, très clairement, vous avez un gouvernement qui fait preuve d'improvisation puis qui ment comme il respire.»

«Ce que nous avons ici, c'est un ministre qui continue à inventer des choses», a dit le néo-démocrate Matthew Kellway.

Le ministre Fantino s'est montré beaucoup plus prudent que par le passé.

«Je ne spéculerai pas», a-t-il répondu aux journalistes qui lui demandaient après son discours combien d'avions il pourra acheter avec les 9 milliards $.

«Nous ne discutons plus de chiffres, maintenant. Le seul chiffre que je peux vous donner de façon certaine, c'est les 9 milliards $.»

SUIVRE LE Québec

Publié par Patrick White  |