NOUVELLES

Syrie: le Parlement canadien condamne d'une seule voix le régime de Damas

15/03/2012 05:15 EDT | Actualisé 15/05/2012 05:12 EDT
PA

OTTAWA - Le Canada a souligné le premier anniversaire du soulèvement populaire en Syrie, jeudi, alors que la Chambre des communes a condamné d'une seule voix le régime du président Bachar el-Assad pour sa répression sanglante du mouvement.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, s'est dit satisfait que les députés de tous les partis aient mis de côté toute partisanerie pour condamner unanimement le régime de Damas. Il n'a toutefois pas caché son mécontentement à l'égard des Nations unies, qui n'ont toujours pas réussi à mettre fin au bain de sang en Syrie.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a échoué jusqu'à présent dans ses tentatives de condamner la Syrie, à cause du veto constant de la Russie et de la Chine.

Jeudi, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a indiqué que le bilan des morts de la répression en Syrie avait été revu à la hausse, passant de 7500 à 8000 manifestants tués dans ces violences.

Le ministre Baird a par ailleurs réitéré la position du Canada à ce chapitre, soutenant que le président el-Assad «doit partir», sans toutefois préciser de quelle façon.

Il a aussi évoqué de récents rapports selon lesquels l'armée syrienne aurait installé des mines antipersonnel le long de certaines portions des frontières du pays.

M. Baird a également soutenu qu'à ses yeux, il ne faisait aucun doute que les principales victimes de ces mines seraient d'abord et avant tout des «Syriens innocents qui tentent désespérément de fuir la violence» sévissant dans leur pays.

Le Canada s'attend à ce que la Syrie cesse «immédiatement» ces installations, a-t-il ajouté.

La semaine dernière, le ministre Baird avait annoncé la fermeture de l'ambassade canadienne en Syrie, arguant que le gouvernement fédéral ne pouvait plus garantir la sécurité de ses diplomates.

La motion du gouvernement conservateur adoptée à l'unanimité jeudi aux Communes stipule notamment que «la Chambre exprime sa profonde déception à l’égard du fait que le Conseil de sécurité des Nations unies ne réussit toujours pas à faire face à la crise en Syrie», mais ajoute aussi que «la Chambre affirme son appui à la population syrienne, qui cherche à se bâtir un avenir meilleur».