Double revers pour la stratégie américaine en Afghanistan

Afghanistan

Première Publication: 15/03/2012 14:28 Mis à jour: 16/03/2012 09:25

KABOUL - Double revers pour la stratégie américaine en Afghanistan: les talibans ont suspendu jeudi des négociations avec les États-Unis, tandis que le président Hamid Karzaï a demandé que les forces de l'OTAN se retirent immédiatement des zones rurales, une requête qui intervient après la tuerie de dimanche perpétrée par un soldat américain.

C'est la première fois que Hamid Karzaï demande un retrait immédiat de la force internationale de l'OTAN dans les zones rurales. Les forces de sécurité afghanes «ont la capacité de maintenir elles-mêmes la sécurité dans les zones rurales et les villages», a affirmé le président afghan dans un communiqué publié après une rencontre avec le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta, en visite en Afghanistan.

L'annonce de M. Karzaï intervient alors que les députés afghans se sont indignés que le soldat américain soupçonné du massacre de 16 civils dimanche ait été transféré au Koweït par les autorités américaines, éloignant ainsi la perspective d'un procès en Afghanistan.

Le porte-parole du ministère afghan des Affaires étrangères, Janan Mosazai, a confirmé que M. Karzaï demandait à l'OTAN de redéployer immédiatement ses troupes présentes dans les villages et les zones rurales vers ses bases principales.

Reste à savoir si l'OTAN acceptera. Un tel retrait laisserait de vastes zones sans protection et signifierait la fin d'une stratégie visant à gagner la sympathie de la population afghane.

L'auteur présumé du massacre des 16 civils afghans, dont neuf enfants, était en poste dans une petite base, où un nombre réduit de soldats travaillaient avec des villageois pour mettre sur pied des forces de défense locales.

M. Karzaï a déclaré à M. Panetta que tout devait être mis en oeuvre pour éviter qu'un tel incident ne se reproduise, y compris en accélérant le calendrier de retrait des forces de l'OTAN. Il a souligné qu'il voulait que les forces afghanes prennent la tête des opérations de sécurité dans le pays en 2013.

Les talibans ont par ailleurs annoncé jeudi la suspension des négociations avec les États-Unis, estimant que les Américains n'avaient pas tenu leurs engagements. Selon leur porte-parole, Zabiullah Mujahid, les talibans avaient convenu de discuter de deux dossiers avec les Américains: la création d'un bureau politique du mouvement au Qatar et un échange de prisonniers.

Les Américains avaient initialement accepté de prendre des mesures concrètes sur ces questions, mais ont ensuite «tourné le dos à leurs promesses» et ont posé de nouvelles conditions pour les pourparlers, affirme le porte-parole des talibans dans un communiqué.

Les talibans ont donc décidé de suspendre à partir de jeudi «toutes les discussions avec les Américains menées au Qatar» jusqu'à ce que les États-Unis «clarifient leur position sur ces questions et se montrent disposés à tenir leurs promesses au lieu de perdre du temps».

Les talibans affirment également que Hamid Karzaï a déclaré à tort que le gouvernement afghan était engagé dans des pourparlers de paix tripartites avec leur mouvement et les États-Unis.

SUIVRE LE Québec

Publié par Patrick White  |