NOUVELLES

Les maladies pulmonaires coûteront 24,1 milliards $ en 2030, selon une étude

15/03/2012 01:45 EDT | Actualisé 15/05/2012 05:12 EDT

TORONTO - Trois maladies pulmonaires chroniques engendreront à elles seules des coûts de 24,1 milliards $ en 2030, prédit le Conference Board du Canada.

L'organisme indique toutefois que certaines stratégies pourraient être utilisées pour retrancher 1,5 milliard $ à ce fardeau. Il évoque les stratégies proposées par le Cadre de travail national sur la santé pulmonaire, notamment une réduction du tabagisme ou de l'exposition à la fumée secondaire, ou encore une réduction de l'exposition au radon ou à des produits cancérigènes dans certaines occupations plus à risques.

Ce rapport sur les maladies pulmonaires chroniques au Canada cible le cancer du poumon, l'asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), qui comprend l'emphysème et la bronchite chronique.

En 2010, le fardeau économique de ces maladies était évalué à 12 milliards $, ce qui inclut notamment les frais de médecins et de médicaments, ainsi que les coûts indirects découlant de la maladie et des décès prématurés. L'étude souligne que les entreprises ont un rôle important à jouer, entre autres en mettant en place des programmes incitatifs pour aider leurs employés à cesser de fumer.

De tels plans, rappelle le document, peuvent réduire l'absentéisme et augmenter la productivité, en plus de donner à l'entreprise une longueur d'avance quand vient le temps de recruter de nouveaux employés.

L'étude prédit que le nombre de patients souffrant d'un cancer du poumon passera d'un peu plus de 42 000 en 2010 à un peu moins de 65 000 d'ici 2030. Le nombre de gens souffrant de MPOC devrait quant à lui passer de 1,65 million à 2,5 millions pendant la même période.

Le nombre de cas d'asthme augmenterait à 3,9 millions, contre un peu moins de 3,2 millions actuellement, selon les mêmes prévisions.

Si les facteurs de risques associés à ces maladies sont réduits, dit le document, la gravité de la maladie diagnostiquée sera aussi moindre, surtout dans le cas de l'asthme et de la MPOC.

L'étude du Conference Board a été financée par l'Agence de santé publique du Canada.

Le Cadre de travail national sur la santé pulmonaire est un projet auquel participent des institutions du domaine de la santé et des individus provenant de différents secteurs du pays. Il compte sur la participation de groupes de patients, de fournisseurs de soins de santé et d'agences fédérales, provinciales et territoriales.

PLUS:pc