NOUVELLES

Les forces éthiopiennes attaquent des postes militaires en Érythrée

15/03/2012 09:02 EDT | Actualisé 15/05/2012 05:12 EDT

ADDIS-ABEBA, Éthiopie - Les forces éthiopiennes ont pénétré sur le territoire de l'Érythrée jeudi, menant «avec succès» une attaque contre des postes militaires, a annoncé le porte-parole du gouvernement éthiopien, Shimeles Kemal.

Les forces éthiopiennes ont mené l'attaque à une quinzaine de kilomètres à l'intérieur du territoire érythréen, dans les secteurs de Gelakalay et de Gimbina, a précisé M. Kemal. Elles ont ensuite regagné l'Éthiopie.

Aucun bilan précis de l'opération n'a été communiqué pour l'instant.

Addis Abeba a déclenché cette offensive militaire parce que l'Érythrée entraîne des «groupes subversifs» qui ont lancé des attaques en Éthiopie, selon M. Shimeles. L'Érythrée «a continué à lancer des attaques contre l'Éthiopie» par l'intermédiaire de ces groupes, a-t-il affirmé.

L'Éthiopie invoque également de récentes attaques contre des touristes européens pour expliquer son offensive. Des militants islamistes ont attaqué des ressortissants de cinq pays dans le nord de l'Éthiopie en janvier. Cinq touristes ont été tués et deux autres ont été enlevés lors de cette attaque imputée à des assaillants venus d'Érythrée. Les deux otages ont depuis été libérés.

L'offensive de jeudi ne constitue «pas une confrontation militaire directe entre les deux pays», a assuré le porte-parole du gouvernement éthiopien. Les forces éthiopiennes «sont entrées en Érythrée et ont lancé avec succès une attaque contre des postes militaires utilisés pour organiser, financer et entraîner des groupes subversifs».

M. Kemal a par ailleurs estimé que l'Érythrée n'était «pas en mesure de lancer une contre-attaque».

Une guerre a opposé l'Éthiopie à l'Érythrée de 1998 à 2000, faisant 80 000 morts, et des tensions entre les deux pays ont resurgi ces derniers mois.

Le premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, a déclaré l'an dernier que son pays soutiendrait activement l'opposition érythréenne pour favoriser un changement de régime en Érythrée. L'Éthiopie a également accusé l'Érythrée d'avoir projeté de commettre des attentats durant un sommet de l'Union africaine organisé à Addis Abeba en janvier 2011.

Des rapports de l'ONU ont accusé l'Érythrée de soutenir les milices Al-Shabab en Somalie, ce que l'Érythrée a démenti.

PLUS:pc