NOUVELLES

Les députés auraient été brimés lors de la venue de Netanyahou à Ottawa

15/03/2012 05:38 EDT | Actualisé 15/05/2012 05:12 EDT

OTTAWA - La manière stricte dont la sécurité a été exercée lors de la visite au Canada du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou aurait violé la liberté de mouvement des députés, a conclu jeudi le président de la Chambre des communes.

Après avoir étudié les faits, le président Andrew Scheer a statué qu'il y avait lieu de se questionner sur le comportement de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) le 2 mars sur la Colline parlementaire à Ottawa. Les députés auraient été brimés dans leur liberté de circuler autour du parlement par la GRC, qui y avait déployé un poste de commandement.

La visite du premier ministre Netanyahou avait nécessité des mesures de sécurité exceptionnelles, incluant une double barricade en acier autour des édifices du parlement fédéral.

La question des droits, qui a d'abord été soulevée par le député néo-démocrate Pat Martin, sera étudiée par un comité des Communes, avant de revenir devant les députés pour un vote.

Le député Martin soutient que les députés ont cédé trop de pouvoirs à des éléments extérieurs sur la colline parlementaire, incluant des ministères et agences gouvernementales.

PLUS:pc