NOUVELLES

Le pilote montréalais ne portait pas de casque lors de l'accident de Slave Lake

15/03/2012 03:32 EDT | Actualisé 15/05/2012 05:12 EDT

EDMONTON - L'Alberta pourrait modifier ses règles pour obliger tous les pilotes d'hélicoptères qu'elle embauche à contrat à porter un casque et des harnais de sécurité.

Ces modifications pourraient être apportées suite au décès, l'an dernier, d'un pilote montréalais qui combattait des incendies de forêt dans la région de Slave Lake.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada affirme que Jean-Luc Deba ne portait pas de casque quand il s'est écrasé dans le lac Slave Lake au moment où il y puisait de l'eau pour éteindre un incendie. Il a succombé à de graves blessures à la tête et ne portait qu'une simple ceinture de sécurité à la taille, pas les bretelles.

Le rapport du BST conclut que M. Deba a été désorienté par les reflets à la surface de l'eau. Il s'est approché du lac à trop basse altitude et s'est écrasé quand son contenant a frappé l'eau plus tôt qu'il ne s'y attendait. Le BST ajoute qu'un mécanisme qui aurait permis à M. Deba de larguer son contenant avait été désactivé.

M. Deba travaillait à ce moment pour la firme Campbell Helicopters, d'Abbotsford, en Colombie-Britannique.

Le ministre albertain des Ressources naturelles, Frank Oberle, a expliqué qu'il lui est impossible d'imposer des casques et des bretelles de sécurité à tous les pilotes d'hélicoptères, puisque cela relève de la juridiction fédérale.

PLUS:pc