Huffpost Canada Quebec qc

Commission d'examen des troubles mentaux: Guy Turcotte peut être libéré, estime son psychiatre

Publication: Mis à jour:
GUY TURCOTTE
Le cardiologue Guy Turcotte revient jeudi et vendredi devant la Commission d'examen des troubles mentaux, à Montréal. |

MONTRÉAL - Même si le psychiatre de Guy Turcotte affirme que l'ex-cardiologue n'est pas un danger pour autrui s'il est remis en liberté, les membres de la Commission d'examen des troubles mentaux semblent entretenir des doutes.

Le docteur Louis Morissette a soutenu, jeudi, devant la Commission, que Turcotte avait considérablement changé depuis 2009, qu'il n'était plus le même homme, et que sa maladie mentale n'était plus présente.

Les commissaires ont cependant avoué ne pas comprendre comment le psychiatre pouvait être aussi certain que Guy Turcotte devait être libéré sans conditions et qu'il n'y avait aucune raison médicale, selon le docteur Morissette, de le garder à l'Institut Pinel.

Ces deux dernières journées d'audiences, jeudi et vendredi, permettront de déterminer si l'homme de 39 ans, déclaré en juillet dernier criminellement non responsable des meurtres de ses deux enfants, pourra quitter l'Institut Pinel où il est détenu ou s'il devra y rester pendant une autre année. Les premières audiences s'étaient déroulées à la mi-janvier.

Au cours de l'audience de jeudi, une commissaire a notamment fait remarquer au docteur Morissette qu'il utilisait seulement les études qui concordaient avec son opinion quant à la condition de Guy Turcotte, ce qui n'a pas empêché le psychiatre de marteler le même message.

Mais l'ex-conjointe de Turcotte, Isabelle Gaston, est incapable de comprendre comment des spécialistes peuvent en arriver à la conclusion que l'ancien cardiologue ne représente pas un danger pour la société.

«Il n'y a personne qui va venir me dire que ce gars-là n'est pas dangereux!», a-t-elle dit à l'extérieur de l'Institut Pinel, où se tiennent les audiences.

«Maintenant, il (Turcotte) va appartenir à vous tous parce qu'il va faire partie de notre société», a-t-elle ajouté.

Mme Gaston estime que Guy Turcotte ne fait que s'adapter à la situation dans laquelle il se trouve afin de recouvrer sa liberté.

«Je suis fatiguée que personne ne voit qu'on a une personne qui s'adapte, tel un caméléon, a-t-elle déploré. Je n'en peux plus!»

Guy Turcotte, qui a tué sa fille de trois ans et son fils de cinq ans dans sa maison de Piedmont, dans les Laurentides, en février 2009, soutient qu'il ne représente plus un danger pour la société. Il envisagerait même de pratiquer de nouveau la médecine et de revivre en couple.

(Collaboration: Julie-Christine Gagnon/CogecoNouvelles)

Sur le web

Une manifestation prévue devant l'Institut Philippe-Pinel

Une manifestation pour appuyer Isabelle Gaston : Les dernières ...

Manifestation devant l'Institut Philippe-Pinel | Politique | Actualité ...

24h Montréal – Actualités - Manifestation prévue devant l'Institut ...