NOUVELLES

En France, des cinéastes chevronnés donnent un coup de pouce à la relève

15/03/2012 02:09 EDT | Actualisé 15/05/2012 05:12 EDT

PARIS - Pour donner un coup de pouce à des cinéastes pas encore reconnus, mais prometteurs, des réalisateurs plus chevronnés (ayant tourné au moins trois films) proposent de les parrainer dans le cadre d'une opération lancée l'an dernier en France, baptisée «Cinéastes de demain».

Ainsi, en 2011, trois films ont bénéficié d'un tel soutien: «Tomboy» de Céline Sciamma (Tony Marshall en a été la marraine), «J'aime regarder les filles» de Frédéric Louf (marraine Agnès Jaoui), et «La guerre est déclarée» de Valérie Donzelli (parrain Cédric Klapisch).

Grâce à ce dispositif soutenu financièrement par UGC et Canal Plus, «Tomboy», par exemple, a pu sortir dans davantage de salles, rester plus longtemps à l'affiche et être plus mis en valeur, le parrain invitant pour sa part dans un «teaser» les spectateurs à venir découvrir le film soutenu, donnant une entrevue et participant à une avant-première.

Les longs métrages concernés sont des premiers, deuxièmes ou troisièmes films, dont le coût ne doit pas dépasser quatre millions d'euros, et ils ne doivent pas sortir sur plus de cent écrans.

Le cinéaste Malik Chibane, qui est l'une des personnalités à l'origine de cette initiative, parrainera à son tour un film dans les mois qui viennent, tout comme Pierre Salvadori, Cédric Kahn, Stéphane Brizé, Philippe Lioret et d'autres réalisateurs. Au total, huit ou neuf films pourraient profiter d'un tel soutien cette année, après avoir été vus — quelques mois avant leur sortie — sur une copie DVD par leurs parrains potentiels.

Lors d'une conférence de presse, mercredi, Philippe Lioret («Toutes nos envies», «Welcome»), a souligné l'importance d'une telle démarche pour soutenir des jeunes réalisateurs, même s'il note que pour les cinéastes plus chevronnés, rien n'est jamais acquis. «On a cette épée de Damoclès de faire un film un peu plus fragile qui ne va pas durer», risquant de disparaître très rapidement des salles, a-t-il observé.

PLUS:pc