NOUVELLES

Trois hippodromes de l'Ontario perdront leurs machines à sous dès avril

14/03/2012 02:33 EDT | Actualisé 14/05/2012 05:12 EDT

TORONTO - La Société des loteries et des jeux de l'Ontario (SLJO) procède à la fermeture permanente de trois salles de machines à sous dans les hippodromes de trois villes situées près des États-Unis, entraînant la perte de 560 emplois.

La SLJO réfléchit aussi à l'implantation d'un casino à Ottawa, qui entrerait en compétition direct avec le casino québécois du Lac-Leamy, de l'autre côté de la rivière des Outaouais.

Les machines à sous des hippodromes de Windsor, de Fort Erie et de Hiawatha, à Sarnia, ont été fermées au public mercredi pour que la direction de la SLJO rencontre les employés, mais elles seront rouvertes jeudi. Le président de la SLJO, Rod Phillips, a annoncé que les salles seront définitivement fermées le 30 avril prochain.

Ces fermetures surviennent dans la foulée du nouveau plan de modernisation de l'industrie du jeu présenté cette semaine par la SLJO et visant à aider la province à venir à bout d'ici 2017-2018 de son déficit annuel, qui se chiffre présentement à 16 milliards $.

Ce plan prévoyait notamment la fermeture d'établissements qui génèrent moins de revenus, au profit de nouveaux sites plus susceptibles d'attirer les clients, comme Toronto. Par ailleurs, les machines à sous ne seront plus la chasse gardée des hippodromes.

La société d'État ontarienne souhaite aussi mettre un terme, l'année prochaine, à une entente en vertu de laquelle les hippodromes reçoivent une part des profits tirés des machines à sous, un montant de 345 millions $ par année.

L'industrie des courses de chevaux a averti le gouvernement que cette mesure entraînera la mise à pied de milliers de personnes.

Toutefois, les municipalités et les propriétaires d'hippodrome touchés continueront à recevoir une partie des profits des machines à sous jusqu'au 31 mars 2013, à condition que les courses de chevaux se poursuivent, selon M. Phillips.

Les paiements aux municipalités totalisent parfois des millions de dollars annuellement. Par exemple, Sarnia a reçu 2,4 millions $ l'année dernière, et s'attendait à toucher 1,5 million $ cette année.

PLUS:pc