SXSW Jour 1: Austin, ville ouverte (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
En 25 années d’existence, le festival South by South West est devenu un incontournable de la scène musicale mondiale. (Annie Q.)
En 25 années d’existence, le festival South by South West est devenu un incontournable de la scène musicale mondiale. (Annie Q.)

En 25 années d'existence, le festival South by South West est devenu un incontournable de la scène musicale mondiale. Près de 2000 artistes de partout investiront une centaine de lieux dans la ville du 14 au 18 mars. Mais le festival compte aussi une portion interactive et un festival de films, qui se déroulent en parallèle de la programmation musicale. Brassez tout ça, et vous obtenez plus de 12 000 visiteurs étrangers de par le monde rassemblés dans une même ville, ce qui se transpose en une interprétation opéra rock de l'expression freaks & geeks.

Austin se doit de rester bizarre
Si certains sont surpris de voir une si grande manifestation artistique dans une ville texane, c'est mal connaître Austin, dont la devise est Keep Austin Weird. L'aura particulière de l'endroit semble être une réaction farouche aux valeurs puritaines et/ou redneck du reste de cet État américain. Lieu de naissance de la scène rock psychédélique des années 1970, Austin est aussi connu pour la vigueur de sa large communauté LGBT, qui a d'ailleurs sa propre célébration musicale durant SXSW, soit le Gay By Gay Gay, peut-être ma déclinaison préférée du nom mainte fois remixé du festival.

Et la musique dans tout ça ?
SXSW se déroule partout dans la ville, éparpillé entre les showcasesofficiels en soirée et les day parties et after parties qui sont en-dehors de sa programmation, initiatives spontanées ou élaborées de diverses compagnies, étiquettes de disques, magazines et autres joueurs de l'industrie.

Géographiquement, la programmation officielle est contenue sur Sixth Street, une rue piétonnière qui a des airs de Prince-Arthur, où derrière chaque porte on retrouve un bar, et aucun autre type de commerce. Pas de plaintes de voisins, jamais. Les restaurant sont ambulants, pas chers, variés et partout dans les rues. Montréal, prend note.

Si nombre de québécois ont participé à l'événement depuis les années 1990, c'est seulement depuis deux ans qu'ils sont tous réunis sous une même bannière, soit celle de Planète Québec, une initiative de l'organisation M pour Montréal et d'instances gouvernementales québécoises diverses.

Arrivée hier dans la ville après de multiples péripéties aux douanes, ça faisait plaisir de se rendre au QG des québécois, le Spill Bar et de constater que la plupart de mes collègues ont eu autant de problèmes que moi. Mes deux histoires préférées : les employés de M pour Montréal qui tentent d'expliquer les kilogrammes de fromages en grain dans leurs bagages pour leur party de poutine de ce soir et les employés de Bande à part dont l'équipement technique a été déclaré radioactif par les douaniers. La libre circulation fait dire bonjour.

J'ai donc manqué les prestations d'Ariane Moffat et Half Moon Run, mais j'ai réussi à voir EachOther, groupe d'Halifax nouvellement installé à Montréal. Mon encyclopédique collègue de Bande à part (Radio-Canada), Benoît Poirier m'apprenait qu'on ne devait pas se fier aux airs prépubaires de ses membres, que ceux-ci avaient eu une poignée de groupe phares dans leur ancienne ville. Trio efficace et atypique, ce sont définitivement eux qui sont ressortis du lot hier soir. Quasiment impossible à définir, disons qu'ils font du rock dissonant mélodique, qui n'est pas sans rappeler XTC. Saccadé et décalé, mais définitivement intéressant. Si j'étais libraire au Renaud-Bray, je mettrais un collant J'AIME sur leurs trois visages.

Objectif de demain : dormir, dormir, aller au party d'ouverture poutinesque de Planète Québec, me faire prendre en photo avec la Ministre St-Pierre, dire bonjour aux chauves-souris, et vous revenir avec une couverture musicale approfondie.

-

Close
SXSW 2012: Austin, ville ouverte
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction