NOUVELLES

Rick Santorum revigoré par ses victoires en Alabama et au Mississippi

14/03/2012 02:42 EDT | Actualisé 14/05/2012 05:12 EDT

SAN JUAN, Porto Rico - Rick Santorum a estimé mercredi que ses victoires de la veille en Alabama et au Mississippi montraient la faiblesse du meneur de la course à l'investiture républicaine, Mitt Romney. Mais M. Romney a fait valoir qu'il avait remporté un million de votes de plus que M. Santorum mardi soir, ce qui prouve selon lui sa capacité de ralliement.

M. Romney, qui détient plus de délégués que ses trois rivaux réunis, a rejeté l'idée que ses bévues occasionnelles, qui ont mis en évidence sa fortune personnelle, le rendent incapable de communiquer avec les électeurs de la classe moyenne.

«J'ai gagné beaucoup d'argent. J'ai eu beaucoup de succès. Je ne vais pas m'en excuser», a dit M. Romney lors d'une entrevue sur Fox News, sa première apparition publique depuis qu'il a terminé troisième en Alabama et au Mississippi mardi soir.

Mitt Romney a estimé que sa série de victoires dans des États aussi variés que la Floride, l'Ohio, le New Hampshire et Hawaï montre qu'il peut rallier les indépendants, les partisans du mouvement Tea Party, les femmes et les électeurs de toutes les catégories socio-économiques.

«On ne peut remporter un million de votes de plus que les autres candidats dans cette course en ne s'adressant qu'aux Américains les plus riches», a-t-il estimé.

Alors que la course se déplace à Porto Rico, en Illinois, en Louisiane et au-delà, M. Romney s'est arrêté mercredi à New York pour des activités de collecte de fonds. Rick Santorum s'est quant à lui rendu à Porto Rico pour continuer de défier la position de meneur de l'ancien gouverneur du Massachusetts.

«Si nous continuons de remporter des primaires, les gens finiront par comprendre que le gouverneur Romney ne sera pas le candidat du parti», a dit M. Santorum aux journalistes mercredi. Il a fait cette déclaration tout juste après avoir rencontré le gouverneur de Porto Rico, Luis Fortuno, qu'il a connu lors de ses années passées à Washington mais qui a endossé Mitt Romney.

Les victoires de Rick Santorum en Alabama et au Mississippi ont fermé la porte à la stratégie de Newt Gingrich, qui voulait relancer sa campagne dans le Sud en se positionnant comme le candidat originaire de la région.

M. Santorum n'a pas dit mercredi s'il était temps que M. Gingrich quitte la course. Mais les conseillers de sa campagne n'ont pas caché leur souhait de voir l'ancien président de la Chambre des représentants abandonner la course et cesser de solliciter les mêmes électeurs conservateurs que M. Santorum.

MM. Santorum et Gingrich ont remporté une écrasante majorité des voix dans les deux primaires de mardi, tandis que M. Romney a maintenu son avance dans la course aux délégués en remportant les caucus d'Hawaï et des Samoa américaines.

Rick Santorum a affirmé mercredi que l'ancien gouverneur du Massachusetts aurait dû l'emporter facilement compte tenu de son avantage financier considérable.

«Il y a quelque chose de fondamentalement bien dans ce que nous faisons et dans le message que nous livrons, et il y a quelque chose de fondamentalement mauvais dans la personne contre laquelle nous concourons», a-t-il dit au sujet de Mitt Romney.

Newt Gingrich a lui aussi critiqué Mitt Romney, le qualifiant de «meneur faible». M. Romney a répliqué en disant: «Si je suis un meneur faible, comment pourrait-on qualifier Newt Gingrich?».

La course se tourne désormais vers les primaires de samedi au Missouri — où MM. Santorum et Romney ont déjà investi beaucoup de temps — et vers les primaires de dimanche à Porto Rico. M. Romney ne devrait pas arriver à Porto Rico avant vendredi, après avoir passé deux jours à New York.

Les victoires de Rick Santorum mardi lui valent au moins 35 délégués, mais M. Romney en a remporté au moins 41, selon le décompte de l'Associated Press. M. Gingrich a remporté au moins 24 délégués, tandis que Ron Paul en a obtenu au moins un.

Mitt Romney a acquis un total de 495 délégués sur les 1144 requis pour remporter l'investiture, d'après les calculs de l'Associated Press. M. Santorum en compte 252, M. Gingrich 131 et Ron Paul 48.

PLUS:pc