Appels frauduleux: un ex-employé du Parti conservateur mis en cause

Publication: Mis à jour:
MICHAEL SONA
Michael Sona et Stephen Harper. (Archives) | Handout

OTTAWA - Michael Sona a rejoint les rangs d'autres conservateurs délaissés qui se trouvent soudainement défendus et utilisés par l'opposition.

Le jeune employé conservateur a récemment démissionné de son poste d'assistant de la députée Eve Adams après que des sources non identifiées auraient confié que le Parti conservateur enquêtait sur son possible rôle dans l'envoi d'appels automatisés trompeurs dans la région de Guelph, en Ontario, lors des dernières élections fédérales.

Ces sources ont été mentionnées pour la première fois par le réseau Sun News.

Aucune preuve n'a jusqu'à maintenant été avancée contre M. Sona, et celui-ci a insisté sur le fait qu'il n'avait rien à voir avec les tentatives alléguées de confusion électorale lorsqu'il a travaillé avec l'équipe de campagne dans la circonscription.

Les partis d'opposition utilisent désormais son cas pour démontrer que les conservateurs tentent de dissimuler les agissements de responsables haut placés. Élections Canada enquête actuellement sur ce qui s'est produit à Guelph, et a reçu plusieurs milliers de plaintes en lien avec les appels automatisés.

Au dire du porte-parole néodémocrate Charlie Angus, il est désormais clair que le Parti conservateur a coulé le nom d'un employé de 23 ans et tenté de l'incriminer comme étant le maître de cette opération.

«Les conservateurs veulent faire croire qu'un bénévole a organisé une fraude électorale de grande ampleur sans recevoir d'aide, comme si Michael Sona disposait de l'argent, des ressources technologiques nécessaires et d'un accès aux listes pour organiser des milliers d'appels trompeurs», a ajouté Alexandre Boulerice, un collègue de Charlie Angus aux Communes.

Dean Del Mastro, le secrétaire parlementaire du premier ministre, a répondu aux questions sur M. Sona en reprenant les contre-attaques gouvernementales envers le Nouveau Parti démocratrique (NPD), et particulièrement envers les libéraux.

«Ce que nous savons, c'est que le NPD doit s'excuser pour un certain nombres d'allégations et de médisances outrageantes», a-t-il dit.

«Nous savons que l'opposition a effectué des appels illégaux au cours des dernières élections. Nous leur demandons de collaborer avec Élections Canada pour que nous puissions aller au fond des choses.»

Plusieurs Canadiens ont dit avoir reçu des appels trompeurs lors des dernières élections fédérales, appels qui les ont envoyés vers de mauvais bureaux de vote.