NOUVELLES

La menace de pluie vient ajouter une couche d'incertitude au GP d'Australie

14/03/2012 05:31 EDT | Actualisé 14/05/2012 05:12 EDT

MELBOURNE, Australie - Comme si l'incertitude au plan sportif n'étais pas suffisant, voilà que la météo pourrait venir perturber le début de la saison de Formule 1, dimanche, à l'occasion du Grand Prix d'Australie.

On prévoit de la pluie et même des possibilités d'orages à Melbourne à partir de vendredi et tout au long du week-end, ce qui pourrait réduire à néant les préparatifs les plus soignés, de même que les prédictions sur les chances de l'un et l'autre de l'emporter.

Ajoutez à la recette un circuit routier de Melbourne qui est toujours un peu hasardeux au chapitre de l'adhérence, les interrogations au sujet du comportement des nouveaux pneus Pirelli et les questions concernant la capacité des écuries à s'adapter aux nouvelles règles, et vous avez là tous les ingrédients pour un événement d'ouverture tout à fait imprévisible.

Et c'est justement ce dont a besoin la F1 pour amorcer la saison 2012.

L'année dernière a manqué de suspense, alors que le pilote allemand Sebastian Vettel a établi un record au chapitre du nombre de positions de tête décrochées en une saison et remporté le championnat des pilotes avec quatre courses à faire.

Ce serait se mettre la tête sur le billot que de prédire autre chose qu'un championnat pour Red Bull cette saison. L'équipe a retenu les services de Vettel et de son autre pilote, Mark Webber, ainsi que du directeur d'équipe Christian Horner. Et, plus important encore, elle a toujours à son emploi celui qui est sans doute le plus estimé des concepteurs en chef en F1, Adrian Newey.

Newey s'est vu confier la tâche de concevoir une voiture qui s'adaptera bien aux nouvelles règles. Celles-ci empêchent l'acheminement de la fumée d'échappement dans le diffuseur arrière, ce qui devrait réduire l'appui aérodynamique à l'arrière des voitures.

«Ce seront tous les habitués, alors je ne crois pas que ce sera une surprise que McLaren ait l'air solide», a déclaré Horner lorsqu'on lui a demandé qui seront les principaux rivaux des Red Bull cette année.

«Ferrari est dans un meilleur état que ne le perçoivent les gens. Mercedes semble avoir fait certains progrès par rapport à l'an dernier, alors ce seront les protagonistes habituels qui rouleront devant.»

Ferrari a connu des difficultés tout au long de la période des essais. Les dirigeants de l'écurie italienne et le pilote Fernando Alonso ont reconnu qu'ils vivraient fort probablement certaines difficultés lors des quelques premières courses de la campagne.

L'an dernier, c'était McLaren qui avait connu des déboires lors des préparatifs d'avant-saison, mais ça s'est déroulé beaucoup mieux cette année. Cela signifie que Jenson Button et Lewis Hamilton devraient être les principaux aspirants à déloger Red Bull de leur trône à Melbourne.

«La mauvaise nouvelle c'est qu'il ne semble pas que nous serons dominants, mais la bonne nouvelle c'est que personne d'autre ne le sera non plus, a noté le directeur d'équipe Martin Whitmarsh. Nous avons le sentiment que nous serons dans le coup. La voiture semble fiable, les pilotes l'aiment et ils semblent enthousiastes.»

Hormis le trio de tête, Mercedes et Lotus semblent les plus susceptibles de créer la surprise à Albert Park.

Mercedes n'a pas répondu aux attentes depuis qu'elle est devenue propriétaire à part entière en 2010, et l'ancien champion du monde Michael Schumacher n'a pas accédé à un seul podium depuis qu'il a mis fin à sa retraite. Le patron Ross Brawn estime toutefois que ses voitures réduiront l'écart avec les écuries de tête cette année.

L'optimisme règne chez Lotus depuis l'embauche de l'ex-pilote McLaren et Ferrari Kimi Raikkonen, qui est de retour en F1 à la suite d'un séjour dans le monde du rallye. Son embauche fait en sorte qu'il y aura six champions du monde qui prendront le départ à Melbourne, un sommet.

Red Bull, McLaren, Ferrari et Mercedes auront les mêmes pilotes mais à l'instar de Lotus, plusieurs écuries ont procédé à des changements.

Raikkonen a été rejoint chez Lotus par Romain Grosjean, champion de GP2 l'an dernier qui a brièvement séjourné avec Renault en F1 en 2009. L'ancien pilote Williams Nico Hulkenberg passe d'un poste de réserviste à celui de pilote pour Force India, où il remplacera son compatriote allemand Adrian Sutil. Toro Rosso a un nouveau duo composé de l'Australien Daniel Ricciardo — qui s'amène de HRT — et du Français Jean-Éric Vergne.

Bruno Senna remplace son compatriote brésilien Rubens Barrichello chez Williams, le Russe Vitaly Petrov passe à Caterham aux dépens de Jarno Trulli, Charles Pic s'allie à Grosjean et Vergne au sein de la confrérie des recrues françaises alors qu'il pilotera pour Marussia, tandis que HRT a jeté son dévolu sur Pedro de la Rosa et Narain Karthikeyan.

PLUS:pc