Les étudiants en grève reçoivent l'appui d'un millier de professeurs

Manifestation Etudiante

Première Publication: 14/03/2012 09:56 Mis à jour: 16/03/2012 09:24

MONTRÉAL - Après la CSQ et la FTQ, mardi, La Presse Canadienne a appris que des centaines de professeurs des niveaux collégial et universitaire appuient les étudiants actuellement en grève.

Depuis lundi, plus de 1300 enseignants ont signé un manifeste en guise de solidarité au mouvement étudiant qui conteste la hausse prévue des droits de scolarité.

Le document a déjà reçu l'appui de signataires notoires dont Guy Rocher, sociologue engagé de l'Université de Montréal qui a été membre de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement au Québec (commission Parent) au début des années 1960, et Georges Leroux, spécialiste de la philosophie ancienne de l'Université du Québec à Montréal et correspondant canadien à l'Unesco.

Outre leurs arguments contre une hausse du niveau d'endettement des étudiants et de la diminution de l'accessibilité aux études supérieures, les professeurs s'inquiètent de «la logique de privatisation du financement des services publics» du gouvernement Charest.

«Nous, professeur(e)s qui souhaitons léguer un savoir à tous ceux et celles qui désirent s'instruire, appuyons les étudiant(e)s en grève dans leur défense démocratique de l'accessibilité aux études universitaires et dans leur opposition justifiée à la marchandisation de l'éducation. Nous disons à cette jeunesse étudiante qui se tient debout qu'elle n'est pas seule», peut-on lire dans un document qui circule auprès des enseignants des niveaux collégial et universitaire de la province et dont La Presse Canadienne a obtenu copie.

Le manifeste s'intitule «Nous sommes tous étudiants!», soulignant que les professeurs demeurent en mode apprentissage. Il s'agit aussi d'un clin d'oeil social au fameux slogan «Nous sommes tous des juifs allemands!», de mai 68, en France.

L'objectif des auteurs, les enseignants Anne-Marie Le Saux, du Collège de Maisonneuve, Benoit Guilmain, du Collège Édouard-Montpetit et Stéphane Thellen, du Cégep du Vieux Montréal, est d'amasser 1625 signatures d'ici la publication prévue de l'écrit jeudi. Ce nombre symbolique correspond à la hausse des frais de scolarité prévue, en dollars, au terme des cinq prochaines années au Québec.

Ces professeurs et plusieurs de leurs collègues font actuellement la tournée des collèges afin de se joindre à la mobilisation étudiante. Ils devaient se rendre au Collège de Maisonneuve mercredi.

Le texte précédant la pétition soutient que le ministre des Finances, Raymond Bachand, s'attaque aux acquis de la Révolution tranquille en ramenant les droits de scolarité à ce qu'ils étaient avant 1968, lorsque l'université était essentiellement réservée à une élite masculine.

On peut aussi y lire qu'«au-delà des revendications légitimes liées à la précarité de la condition étudiante, c'est l'avenir de l'éducation et de la société québécoise qui est en jeu dans le conflit qui oppose les étudiants au gouvernement.»

SUIVRE LE Québec

Publié par Patrick White  |