NOUVELLES

Course au NPD: Singh invite ses partisans à choisir Mulcair comme deuxième choix

14/03/2012 01:35 EDT | Actualisé 14/05/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Les choses continuent d'aller rondement pour Thomas Mulcair dans la course au leadership néo-démocrate, alors que le candidat Martin Singh demande à ses partisans d'inscrire le nom du député québécois à titre de deuxième choix.

L'homme d'affaires néo-écossais Martin Singh, qui a réussi à récolter des appuis notamment dans la communauté sikhe, a officiellement demandé à ses supporters de se ranger derrière M. Mulcair, perçu comme le meneur dans la course à la succession de Jack Layton.

«Je suis dans la course pour gagner, alors toute mon énergie est concentrée exclusivement sur ma propre campagne», a tenu à préciser M. Singh sur son site Web.

«Mais je pense aussi que j'ai une responsabilité d'indiquer à mes supporters qui je pense est le meilleur choix après moi.»

La sortie de M. Singh survient alors que, depuis quelques jours, il réfutait pourtant vigoureusement avoir conclu une quelconque alliance avec le député d'Outremont.

Cet appel pourrait avoir un impact compte tenu du mode de scrutin adopté par le Nouveau Parti démocratique (NPD). Les militants votant par anticipation doivent placer les candidats par ordre de préférence. Ceux qui se rendent sur place ou votent en temps réel par Internet peuvent participer aux différents tours de scrutin au fur et à mesure que les candidats les moins populaires sont éliminés.

M. Singh semble avoir peu de chances de conserver une place jusqu'au dernier tour de scrutin, contrairement à M. Mulcair.

Outre MM. Mulcair et Singh, les autres candidats encore en lice sont Brian Topp, Paul Dewar, Peggy Nash, Nathan Cullen et Niki Ashton. Récemment, Romeo Saganash et Robert Chisholm, les deux candidats qui se sont retirés de la course, se sont rangés derrière M. Mulcair. On connaîtra le vainqueur lors du congrès du parti les 24 et 25 mars à Toronto.

Cette bonne nouvelle pour le clan Mulcair est accompagnée d'une ombre, alors que la députée Sana Hassainia lui retire son appui et se range dans le camp de Brian Topp. Mme Hassainia est connue du public depuis qu'elle a dû amener son bébé en Chambre pour un vote, ce qui avait créé une certaine agitation parmi les parlementaires.

Son départ sera compensé par l'ajout d'un nouvel appui, soit celui de Jack Harris, issu de Terre-Neuve-et-Labrador.

Départ de Turmel

Le vainqueur élu par les 131 000 Canadiens qui ont signé une carte de membre du NPD viendra remplacer Nycole Turmel à titre de chef de l'opposition aux Communes.

Mme Turmel a d'ailleurs mené son tout dernier caucus mercredi, puisque les parlementaires ne siègent pas la semaine prochaine et que l'élection du nouveau chef aura lieu le week-end suivant.

La chef intérimaire a confié aux journalistes que cette aventure avait été tout un défi pour elle, émotionnellement et physiquement. Le défunt Jack Layton lui avait demandé personnellement de prendre sa place le temps de la course au leadership. Il s'agissait d'un contrat de taille pour la nouvelle députée de Hull-Aylmer, âgée de 70 ans.

Plusieurs observateurs ont critiqué son manque d'aplomb, mais elle se dit plutôt fière d'avoir mené à bien sa mission. «Je fais le bilan que je remets au nouveau chef un caucus qui est vraiment uni», a-t-elle dit.

Mme Turmel n'endossera pas publiquement de candidat. Interrogée à savoir si elle aimerait obtenir un poste de porte-parole dans le cabinet fantôme du nouveau chef, elle a admis qu'elle aimerait bien être «impliquée».

PLUS:pc