Élections en France: Charest apprécie Sarkozy mais ne l'appuie pas

Charest Sarkozy

Première Publication: 14/03/2012 06:55 Mis à jour: 16/03/2012 09:25

PARIS - Le premier ministre Jean Charest «apprécie» Nicolas Sarkozy mais il n'appuie personne dans la course à l’Élysée.

À l'issue d'un discours mercredi matin à Paris devant l’Institut français de relations internationales, M. Charest a salué le rôle du président sortant dans le développement des échanges franco-québécois.

«Il faut rendre à César ce qui revient à César, a déclaré le premier ministre. M. Sarkozy a été pour nous un interlocuteur important qui a beaucoup appuyé et soutenu, entre autres, le projet de mobilité de la main-d’œuvre. Il faut le reconnaître. Nous avons beaucoup apprécié son leadership politique, parce que sur une affaire comme ça, ça prend une volonté politique soutenue et très forte.»

Pour autant, M. Charest n’a «évidemment» pas l’intention de se mêler de la campagne présidentielle. Pas question d'appuyer M. Sarkozy, comme l’a fait ouvertement la chancelière allemande Angela Merkel, ni son adversaire.

«Je n’ai pas l’intention de soutenir quiconque dans la campagne», a-t-il dit.

Jean Charest a quand même profité de sa courte visite à Paris (qui a pris fin mercredi en milieu de matinée) pour prendre le pouls de la campagne présidentielle auprès des deux camps principaux. Il a lui-même confirmé qu’il avait rencontré mardi l'influent directeur de campagne du socialiste François Hollande, Pierre Moscovici. Il a aussi dîné lundi soir chez son ami, l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

«Évidemment, on ne va pas se mêler de la campagne présidentielle, mais on s’y intéresse parce que nos intérêts aussi, à plus long terme, dans notre relation avec la France, vont être façonnés par le résultat de l’élection», signale le chef du gouvernement québécois.

SUIVRE LE Québec

Publié par Jean-Philippe Cipriani  |