NOUVELLES

Transcontinental fait face à un litige de 58 millions $ avec le fisc

13/03/2012 08:03 EDT | Actualisé 13/05/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'imprimeur et éditeur Transcontinental (TSX:TCL.A) a révélé mardi être au coeur d'un important litige avec les autorités fiscales au sujet de ses impôts.

Le mois dernier, Québec et Ottawa ont annoncé à Transcontinental l'envoi imminent d'un avis de cotisation de 58 millions $, en incluant les intérêts et les pénalités, en lien avec ses exercices financiers 2006 à 2010. Les gouvernements croient avoir décelé des problèmes dans des déductions relatives à des immobilisations et dans la répartition interprovinciale des revenus de l'entreprise.

Cette affaire a contraint Transcontinental à inscrire une provision de 58 millions $ qui a grevé les résultats de son premier trimestre, terminé le 31 janvier.

«L'entreprise a l'intention de contester ces avis de cotisation», a déclaré mardi le chef de la direction financière de Transcontinental, Nelson Gentiletti, au cours d'une téléconférence avec les analystes financiers. Il a noté que le règlement de ce litige, s'il était favorable en tout ou en partie à l'entreprise, pourrait avoir un impact positif sur ses résultats futurs.

Résultats

En raison de la provision de 58 millions $, l'entreprise montréalaise a essuyé une perte nette de 33,3 millions $ (41 cents par action) au premier trimestre, alors qu'elle avait engrangé des profits nets de 25,7 millions $ (32 cents par action) pendant la même période de l'an dernier.

En excluant la provision de 58 millions $ et les autres éléments exceptionnels, le bénéfice net atteint 27,1 millions $ (33 cents par action), en baisse de six pour cent par rapport aux 28,8 millions $ (36 cents par action) dégagés un an plus tôt.

Les analystes sondés par Thomson Reuters tablaient en moyenne sur un bénéfice par action de 34 cents.

Ces résultats mitigés n'ont pas empêché Transcontinental d'annoncer mardi une hausse d'un demi-cent de son dividende trimestriel. L'augmentation est tout de même plus modeste que celle des années précédentes.

Le chiffre d'affaires trimestriel a reculé de quatre pour cent pour s'élever à 495,9 millions $. La baisse est principalement attribuable à la cession des activités d'impression de livres en noir et blanc, l'année dernière, et à une baisse des revenus non récurrents. Ceux-ci avaient été gonflés l'an dernier par le contrat d'impression des documents du recensement canadien.

Médias

Dans le secteur des médias et des solutions numériques, les revenus trimestriels sont restés stables, mais le bénéfice d'exploitation a chuté de moitié pour se chiffrer à 6,3 millions $. Comme les revenus tirés du numérique ont crû de 15 pour cent, on peut déduire que ceux des médias traditionnels ont diminué.

«Les résultats du premier trimestre dans le secteur des médias sont plus faibles que ce que nous avions prévu», a convenu le président et chef de la direction de Transcontinental, François Olivier.

Pour redresser la situation, l'entreprise entend réduire de 10 millions $ ses coûts dans ce secteur d'ici la fin octobre. Il s'agit surtout de rationaliser les espaces de bureaux, mais quelques postes pourraient également être supprimés.

Depuis quelques années, Transcontinental subit l'assaut du géant Quebecor Média dans le domaine des hebdomadaires régionaux. Cette vive concurrence a fait chuter les tarifs publicitaires.

C'est sans compter que dans le sous-segment des magazines, Transcontinental pâtit de la tendance baissière du marché de la publicité nationale. Le recul pourrait atteindre cinq pour cent en 2012, selon l'entreprise.

Imprimeries

Dans le secteur de l'impression, on en saura plus d'ici le 15 avril sur le plan d'intégration des imprimeries que Transcontinental vient d'acquérir de l'entreprise américaine Quad/Graphics (et qui appartenaient auparavant à Quebecor World). Des fermetures d'imprimeries et des licenciements ne sont pas exclus.

«On a une situation de surcapacité dans le marché, alors il faut regarder ça de plus près», a relevé mardi Sylvain Morissette, vice-président aux communications de Transcontinental, au cours d'un entretien téléphonique.

L'intégration des imprimeries de Quad/Graphics nécessitera des investissements de 40 à 60 millions $ cette année, a précisé l'entreprise.

Les nouveaux actifs augmenteront d'environ 150 millions $ le chiffre d'affaires de Transcontinental d'ici la fin de l'exercice, à quoi s'ajouteront également les revenus provenant de nouveaux contrats d'impression. Les marges bénéficiaires continueront toutefois d'être soumises à des pressions en raison de l'intensité de la concurrence, a indiqué la direction.

Comme la transaction avec Quad/Graphics a pris plus de temps que prévu à être approuvée par les autorités réglementaires, certaines des synergies qui devaient en découler en 2012 ont été reportées en 2013.

En milieu d'après-midi, mardi, l'action de Transcontinental s'échangeait à 12,84 $, en baisse de 0,3 pour cent, à la Bourse de Toronto.

PLUS:pc