NOUVELLES

Procès Stafford: Terri-Lynne McClintic raconte l'enlèvement de la petite

13/03/2012 01:28 EDT | Actualisé 13/05/2012 05:12 EDT

LONDON, Ont. - De la colère refoulée liée à son enfance malheureuse a poussé Terri-Lynne McClintic à frapper la tête de la petite Victoria Stafford à coups de marteau, tuant la fillette de 8 ans qu'elle avait kidnappée juste après que son copain l'eut agressée sexuellement.

Dans son témoignage au procès de Michael Rafferty pour meurtre prémédité, McClintic a raconté mardi que le couple de toxicomanes passait en voiture devant une école primaire de Woodstock, en Ontario, le 8 avril 2009 lorsque Rafferty lui avait demandé d'enlever une gamine pour lui.

«Je lui ai dit: 'Tu veux vraiment que j'attrape quelqu'un comme ça?'», s'est rappelée la jeune femme dans un témoignage entrecoupé de profondes inspirations, de longues pauses et de larmes.

«Il a répondu que ce serait facile. Il a dit que les enfants étaient en train de sortir de l'école et que, tout ce que j'avais à faire, c'était de parler de chiens et de bonbons ou de quelque chose du genre.»

McClintic a expliqué que Rafferty avait alors stoppé sa Honda Civic dans le stationnement d'une maison de retraite près de l'école élémentaire Oliver Stephens et qu'elle était sortie en se disant qu'elle ferait semblant de se plier à sa requête et reviendrait en prétendant n'avoir trouvé personne.

Mais quand elle a vu que son copain la surveillait, elle a décidé de marcher aux côtés d'enfants sans toutefois passer à l'action. Ce jour-là, Victoria Stafford était la seule qui n'était pas accompagnée. Après s'être présentée, McClintic a demandé à l'élève de troisième année si elle voulait voir un shih tzu. La fillette, que ses proches surnommaient Tori, a accepté.

Une fois arrivée à la voiture de Michael Rafferty, la jeune femme a poussé la gamine à l'intérieur pendant que son petit ami lui criait de se dépêcher. Elle a indiqué qu'elle ignorait alors les plans de Rafferty et que c'est seulement quand ils ont pris l'autoroute 401 qu'elle s'était mise à douter.

Le couple a conduit Tori dans un champ près de Mount Forest, à environ 100 km au nord de Woodstock. Là-bas, Rafferty a violemment agressée la gamine sur la banquette arrière du véhicule. «Je lui ai dit que j'étais désolée», s'est souvenue Terri-Lynne McClintic. «Elle m'a dit: 'Ne le laisse pas recommencer'.»

Mais l'homme est rapidement revenu à la charge et les cris de la victime ont rappelé à McClintic de mauvais souvenirs, qui ont déclenché chez elle une crise de rage. «Tout ce que je voyais, c'était moi au même âge et toute la haine, la colère et la honte que j'avais enfouies en moi ont explosé», a-t-elle relaté devant le tribunal rempli à craquer.

McClintic a commencé à ruer Tori de coups de pied. L'un des deux kidnappeurs a mis un sac à ordures sur la tête de la petite fille et la jeune femme a utilisé les deux extrémités du marteau pour la frapper à plusieurs reprises. Ils ont ensuite mis son corps dans d'autres sacs et l'ont placé sous un arbre avant de le recouvrir de roches.

Les restes de Victoria Stafford ont été retrouvés 103 jours plus tard. La petite, qui ne portait qu'un t-shirt «Hannah Montana», son émission préférée, est décédée des coups qu'elle a reçus à la tête. Elle avait aussi le foie lacéré et les côtes brisées, des blessures qui auraient également pu lui être fatales.

Terri-Lynne McClintic, qui a été abandonnée par sa mère à sa naissance et a développé des problèmes de toxicomanie à un très jeune âge, a plaidé coupable à une accusation de meurtre prémédité en avril 2010 et a été condamnée à la prison à perpétuité.

Michael Rafferty, âgé de 31 ans, a plaidé non coupable à des accusations de meurtre prémédité, d'agression sexuelle ayant causé des lésions et d'enlèvement.

Le témoignage de McClintic doit se poursuivre mercredi.

PLUS:pc