NOUVELLES

Les opiacés seraient déconseillés après une chirurgie peu douloureuse

13/03/2012 03:45 EDT | Actualisé 13/05/2012 05:12 EDT

TORONTO - Les personnes âgées à qui on prescrit des analgésiques suite à une chirurgie peu douloureuse seraient plus à risque de développer une dépendance à des substances comme la codéine ou l'oxycodone, affirme une nouvelle étude.

L'étude, publiée lundi dans le journal Archives of Internal Medicine, a déterminé que 7,1 pour cent des patients avaient reçu une prescription d'opiacés sept jours après leur chirurgie, et que plus de 10 pour cent d'entre eux utilisaient toujours ces produits puissants un an plus tard.

L'auteur principal de l'étude, le médecin torontois Chaim Bell, et ses collègues ont identifié plus de 390 000 Ontariens âgés de plus de 66 ans qui ont subi, entre 1997 et 2008, une intervention chirurgicale peu douloureuse. Les quatre interventions ciblées étaient: une chirurgie pour les cataractes, l'ablation de la vésicule biliaire, une chirurgie pour une hyperplasie bénigne de la prostate, et une intervention pour des varices.

Pour la très grande majorité de ces opérations, la douleur aigüe aurait dû se dissiper après deux semaines, a dit M. Bell. Mais un an après leur opération, 7,7 pour cent des patients prenaient toujours des opiacés.

Le chercheur a expliqué que cette étude a permis d'identifier un problème dans le traitement de la douleur, qui voit tous les patients traités de la même façon — peu importe leur seuil de tolérance. Le docteur Bell a ajouté qu'une meilleure communication est nécessaire entre l'hôpital et le médecin traitant concernant la période pendant laquelle ce patient devrait avoir besoin d'analgésiques après la chirurgie.

Chez les patients à qui des opiacés avaient été prescrits pendant la première semaine suivant leur opération, la codéine était la plus fréquente, à 93,4 pour cent, contre 5,4 pour cent pour l'oxycodone.

Un an après l'intervention, toutefois, la codéine était toujours prescrite à 87,5 pour cent de ces patients, tandis que le pourcentage de ceux prenant de l'oxycodone avait bondi à 15,9 pour cent.

PLUS:pc