NOUVELLES

La Tunisie célèbre la journée de la «cyberliberté»

13/03/2012 03:18 EDT | Actualisé 13/05/2012 05:12 EDT

TUNIS, Tunisie - Après plus de deux décennies de verrouillage sous le régime de Ben Ali, la Tunisie a célébré mardi la «journée nationale de la cyberliberté», en hommage au cyberdissident Zouhair Yahyaoui, mort le 13 mars 2005 d'une crise cardiaque à l'âge de 37 ans.

Le président tunisien Moncef Marzouki, qui a longtemps lutté pour la défense des droits de la personne dans son pays, est allé se recueillir sur la tombe de «l'internaute martyr» en compagnie de sa mère, de ses frères et de ses soeurs. L'oncle de Zouhair, Mokhtar Yahyaoui, surnommé «le juge rebelle» et radié de la magistrature pour s'être révolté contre la mainmise de l'ancien régime sur la justice, était également présent.

Torturé et condamné à deux ans et demi de prison pour les écrits qu'il publiait sur le journal satirique «TuneZine» qu'il avait fondé au début des années 2000, celui qui signait sous le pseudonyme «Ettounsi» (Le Tunisien) s'est vu attribuer le prix de la cyberliberté à Paris en 2003.

Lors d'une cérémonie organisée pour la circonstance au palais de Carthage, M. Marzouki a salué le rôle joué par les blogueurs «pendant les années de braise pour lutter contre la dictature».

«Par leur sens du patriotisme et leur attachement à la liberté et à la dignité, beaucoup d'entre eux ont réussi à briser le mythe et à mettre à nu ses dérives et ses mensonges», s'est-il félicité.

Selon lui, «les blogueurs tunisiens ont fait preuve d'innovation pour combattre le despotisme et prendre le dessus sur la police politique active sur la toile, inspirant en cela les internautes dans nombre d'autres pays».

PLUS:pc