NOUVELLES

La Cour suprême argentine autorise l'avortement en cas de viol

13/03/2012 07:43 EDT | Actualisé 13/05/2012 05:12 EDT

BUENOS AIRES, Argentine - La Cour suprême de l'Argentine a statué à l'unanimité, mardi, que toute victime de viol avait le droit de se faire avorter, établissant un précédent historique dans un pays où les interruptions volontaires de grossesse sont généralement illégales.

Jusqu'à maintenant, il revenait à un juge de décider si une victime de viol pouvait obtenir un avortement. En général, seules les femmes aux prises avec des troubles mentaux y avaient droit. Dans plusieurs cas hautement médiatisés, de jeunes filles victimes de viol ont été forcées de mener leur grossesse à terme.

La Cour suprême a jugé qu'aucune victime de viol ne pouvait être punie pour avoir décidé de mettre fin à sa grossesse. Ces femmes n'auront plus besoin d'une autorisation de la cour. Elles devront cependant présenter au médecin une déclaration sous serment affirmant qu'elles ont été violées.

L'Église catholique a condamné le jugement, estimant qu'aucun avortement ne devait avoir lieu même en cas de viol.

Les femmes argentines dont la vie est mise en danger par une grossesse ont aussi le droit de se faire avorter.

PLUS:pc