NOUVELLES

Début de l'enquête publique concernant le décès de Julie Surprenant

13/03/2012 12:57 EDT | Actualisé 13/05/2012 05:12 EDT
Police

LAVAL, Qc - Le présumé meurtrier de Julie Suprenant aurait avoué son crime à quatre reprises en 2006 au cours des deux dernières semaines de sa vie, avant qu'il ne succombe à un cancer, et aurait même souhaité se confesser.

C'est ce qui est ressorti de la première journée de l'enquête publique de la coroner Catherine Rudel-Tessier sur le décès de Julie Surprenant, cette adolescente disparue il y a plus de 12 ans, mardi, au palais de justice de Laval.

Une infirmière auxiliaire de la Cité-de-la-Santé de Laval, Annick Prud'homme, a indiqué que Richard Bouillon lui a avoué à trois reprises son crime, ajoutant avoir dissimulé le corps de la victime dans un sac de sport avant de le jeter dans la rivière des Mille-Îles, près d'une église.

L'homme âgé de 51 ans se serait également confié à une préposée aux bénéficiaires.

Au cours de la journée de mardi, un enquêteur de la Sûreté du Québec (SQ) a également expliqué que Bouillon, qui était le voisin de la famille Surprenant à Terrebonne, a toujours été le seul véritable suspect dans cette affaire, mais que les autorités n'avaient pas de preuves suffisantes pour l'accuser.

L'enquête a été ordonnée par la coroner en chef le 22 juin dernier. Elle a pour objectif d'entendre des témoignages susceptibles d'éclaircir les causes et les circonstances entourant le décès de Julie Surprenant, qui serait survenu en novembre 1999.

S'il y a lieu, la coroner pourra ensuite formuler des recommandations visant une meilleure protection de la vie humaine.

Julie Surprenant est disparue le soir du 16 novembre 1999 après être descendue d'un autobus, tout près de chez elle, à Terrebonne. En septembre dernier, la SQ avait procédé à des fouilles dans la rivière des Mille-Îles, à Terrebonne, dans le but de retrouver les restes de Julie Surprenant.

Les enquêteurs avaient été mis sur cette piste après avoir reçu, quelques mois auparavant, des informations de Mme Prud'homme. Michel Surprenant, le père de la disparue, a déploré que ces informations aient été cachées si longtemps.

(Collaboration: Philippe Bonneville/CogecoNouvelles)