NOUVELLES

«Bully»: Johnny Depp et Meryl Streep signent en faveur du reclassement

13/03/2012 10:07 EDT | Actualisé 13/05/2012 05:12 EDT

LOS ANGELES, États-Unis - D'autres vedettes ont joint les rangs, mardi, de ceux qui réclament que la cote R accordée au documentaire «Bully», qui porte sur l'intimidation dans les écoles américaines, soit modifiée afin de permettre à plus de jeunes de le voir.

The Weinstein Co, qui lancera le film aux États-Unis le 30 mars, a annoncé mardi que Johnny Depp, Meryl Streep et Drew Brees, le quart-arrière des Saints de La Nouvelle-Orléans, ont tous signé la pétition en faveur du reclassement.

Réalisé par Lee Hirsch, le documentaire a été classé R, ce qui signifie que les enfants de moins de 17 ans ne peuvent le visionner sans être accompagnés d'un adulte. La Motion Picture Association of America (MPAA), l'organisation qui supervise le classement des films en sol américain, a déclaré que la cote R avait été attribuée en raison du niveau de langage.

Les distributeurs ont demandé à la MPAA de reconsidérer sa décision, mais celle-ci a maintenu sa position.

Cette situation a poussé une adolescente du Michigan ayant elle-même été victime d'intimidation à l'école à lancer une pétition en ligne exigeant que «Bully» soit reclassé pour que davantage d'adolescents puissent le voir.

Katy Butler, âgée de 17 ans, a rencontré la semaine dernière les représentants de la MPAA pour leur remettre les 200 000 signatures qu'elle avait recueillies. L'organisation a toutefois refusé de changer la cote de R à PG-13.

Mais la jeune fille a maintenant reçu l'appui de près de 300 000 personnes sur son site Web, change.org. Parmi les signataires figurent la sénatrice de New York Kirsten Gillibrand, qui a exprimé son soutien à Katy sur Twitter lundi.

The Weinstein Co a indiqué que Gerry Lopez, le président d'AMC Theaters, avait aussi ajouté son nom à la liste.

Mardi, le porte-parole de la MPAA, Howard Gantman, n'a pas voulu aborder la possibilité que la cote de «Bully» soit modifiée.

Il a simplement affirmé que l'organisation respectait l'opinion des membres du Congrès américain, du public et des célébrités de Hollywood, et qu'elle espérait que le documentaire ainsi que les discussions qu'il ne manquerait pas de susciter contribueraieint à régler le problème de l'intimidation dans les écoles.

PLUS:pc