NOUVELLES

Les machinistes d'Aveos sont préoccupés par l'avenir de leur compagnie

12/03/2012 03:43 EDT | Actualisé 12/05/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le syndicat qui représente 2700 travailleurs d'Aveos Performance aéronautique craint pour l'avenir de l'entreprise de maintenance d'avions, Air Canada ayant décidé de confier certaines de ses tâches à un sous-traitant à l'extérieur du pays.

L'Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l'aérospatiale (AIMTA) représente les travailleurs spécialisés en maintenance des aéronefs d'Aveos, de même que les mécaniciens, manutentionnaires de bagages et membres du personnel de maintenance en piste d'Air Canada.

Les membres de l'AIMTA à l'emploi d'Air Canada avaient fait savoir qu'ils tomberaient en grève le 12 mars, les deux parties n'étant pas parvenues à s'entendre, mais la ministre fédérale du Travail, Lisa Raitt, est intervenue la semaine dernière afin d'empêcher un éventuel arrêt de travail.

Lundi, Mme Raitt a annoncé le dépôt d'un projet de loi qui devrait limiter ou rendre illégal tout arrêt de travail chez le transporteur aérien.

Dans le cadre des négociations impliquant Aveos, l'AIMTA souhaite l'intervention d'un conciliateur — processus impliquant des responsables fédéraux — afin d'obtenir davantage de détails quant aux difficultés financières auxquelles fait face l'ancienne division d'Air Canada.

«Nous tentons de déterminer ce qui se passe parce qu'il y a pas mal de travail exclusif à Aveos que Air Canada n'apporte pas», a affirmé en entrevue le président et directeur général dans la région Ouest du district 140 de l'AIMTA, Fred Hospes.

Jusqu'à 300 emplois à Vancouver et plus de 100 à Montréal et Winnipeg sont menacés cet été, a indiqué M. Hospes.

Air Canada a retiré des installations d'Aveos la maintenance des trains d'atterrissage et des moteurs et l'a confiée à d'autres fournisseurs de services d'entretien, notamment en Chine. Le transporteur a aussi reporté à l'automne certains travaux.

«Il y a aura certainement des mises à pied à cause de ça», a déclaré M. Hospes.

«Il ne fait aucun doute que Vancouver sera touchée au cours de l'été, à partir de juin. Il est possible que les travailleurs de l'entretien des cellules à Montréal et Winnipeg soient affectés», a-t-il ajouté.

M. Hospes a indiqué que les mesures prises la semaine dernière par Aveos pour mettre à pied près de 100 travailleurs, la décision d'Air Canada de se tourner vers des sous-traitants et la crainte que le versement des prestations de retraite ne soit pas effectué ont accentué les préoccupations du syndicat.

Le responsable syndical a dit croire qu'Air Canada prenait ses distances avec Aveos en raison de la situation financière de la compagnie et du souhait du transporteur de protéger ses actifs.

«Je crois que Air Canada ne veut pas avoir ses produits chez Aveos, en cas de crise financière», a déclaré M. Hospes.

Isabelle Arthur, porte-parole d'Air Canada, a affirmé que même si l'essentiel des travaux de maintenance des appareils du transporteur était assuré par Aveos, la société avait toujours fait appel à d'autres fournisseurs, tel que requis.

PLUS:pc