NOUVELLES

Le massacre de civils en Afghanistan n'affectera pas le projet de transfert

12/03/2012 03:58 EDT | Actualisé 12/05/2012 05:12 EDT

Les décès de 16 civils afghans, prétendument abattus par un soldat américain dans le sud de l'Afghanistan, ne modifiera pas le projet de transfert des opérations de sécurité aux troupes locales, ont affirmé l'OTAN et des pays membres, lundi, tout en souhaitant la tenue d'une enquête sur la tragédie.

Oana Lungescu, une porte-parole de l'OTAN, a demandé qu'une enquête complète soit rapidement mise sur pied, mais a affirmé qu'il s'agissait d'un «incident isolé» qui n'aurait aucune incidence sur l'échéancier, selon lequel les opérations de sécurité seront transférées aux troupes afghanes d'ici la fin de 2014.

En entrevue téléphonique avec l'Associated Press, Mme Lungescu a reconnu que les massacres de dimanche représentaient une tragédie, mais qu'ils ne devaient pas altérer la mission de l'OTAN, son implication et le calendrier.

À Washington, l'administration du président américain Barack Obama a aussi annoncé que la stratégie en Afghanistan demeurerait intacte. La secrétaire d'État Hillary Rodham Clinton a déclaré que la tuerie de dimanche était un événement «inexplicable», mais a ajouté avec fermeté qu'elle ne pousserait pas le gouvernement des États-Unis à adopter de nouvelles avenues.

Le premier ministre de la Grande-Bretagne, David Cameron, a fait part de sentiments analogues, qualifiant les meurtres «d'absolument horribles», avant d'insister sur le fait que la stratégie de l'OTAN en Afghanistan doit rester la même.

Le ministre canadien de la Défense, Peter MacKay, a lui aussi déploré le massacre, affirmant qu'il était contraire à l'essence-même de la mission internationale en Afghanistan et ce qu'elle cherchait à accomplir. Mais ce drame, a-t-il ajouté, ne doit pas nuire au travail actuellement en place entre les troupes de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) et leurs homologues afghans.

«Ce travail ne sera pas anéanti par un geste de violence aléatoire et lâche», a affirmé M. MacKay.

Les talibans ont promis de venger l'attaque de dimanche, bien qu'il n'y avait aucun signe visible de gestes de représailles ou de manifestations, lundi.

PLUS:pc