Grève étudiante: l'UQAM ferme ses portes par mesure préventive

Publication: Mis à jour:
MANIFESTATION ETUDIANTE
L'UQAM a décidé de fermer quatre pavillons afin d'éviter du grabuge par les étudiants en grève. | PC

MONTRÉAL - Loin de s'essouffler, le mouvement de contestation étudiante contre la hausse des droits de scolarité prend de l'ampleur.

Les étudiants du premier cycle de l'Université Concordia à Montréal ont voté en faveur de la grève, lundi matin.

Mercredi, ce sera au tour des étudiants de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) de se positionner sur leur participation au mouvement de contestation.

Près de 150 000 étudiants sont en grève à ce jour, estime Martine Desjardins, présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). Mme Desjardins en profite pour dénoncer l'attitude du gouvernement Charest qui refuse toujours d'entamer un dialogue avec les étudiants sur la question de la hausse des droits de scolarité.

Québec entend augmenter les droits de scolarité de 1625 $ sur une période de cinq ans.

Plusieurs actions avaient encore lieu, lundi, à travers le Québec.

Une marche silencieuse s'est tenue en matinée à partir du parc Émilie-Gamelin, à Montréal. Les activités d'au moins deux des universités québécoises étaient perturbées.

D'abord, depuis 7h00, des étudiants bloquaient l'accès à la Tour des sciences de l'éducation de l'Université Laval, où sont aménagés plusieurs bureaux de l'administration de l'Université dont celui du recteur, Denis Brière.

Marie Christine Trottier, porte-parole du Front Régional des Associations étudiantes à Québec de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (FRAQ-ASSÉ), reproche au recteur Brière d'endosser la hausse des droits en sa qualité de président de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ).

Vers 8h30, la direction de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) a ordonné la fermeture pour la journée de quatre de ses principaux pavillons, par crainte de leur occupation par des étudiants. Les pavillons affectés sont Hubert-Aquin, Judith-Jasmin, Paul-Gérin-Lajoie et Thérèse-Casgrain. Ils sont inaccessibles jusqu'à nouvel ordre, mais l'UQAM assure que ses autres pavillons demeurent ouverts et que les activités continueront de s'y dérouler.

De plus, peu après l'aube, un piquetage d'enseignants en appui à la lutte des étudiants a eu lieu au Collège Edouard-Montpetit, à Longueuil.

Sur le web

Des étudiants bloquent un pavillon de l'UQAM | Montréal | Radio ...

Des manifestants ont bloqué des entrées de l'UQAM | David ...