Élections Canada: «Pierre Poutine» serait sur le point de se livrer

Pierre Poutine

Le Huffington Post Québec   Première Publication: 12/03/2012 07:47 Mis à jour: 12/03/2012 08:27

La personne qui se cache derrière le pseudonyme de Pierre Poutine pourrait sortir de sa tanière. Selon le Ottawa Citizen, celui qui serait responsable du stratagème des appels frauduleux lors du dernier scrutin pourrait se «livrer» à Élections Canada dans les prochaines heures ou les prochains jours.

Il faut dire que l'étau se resserre: même si la personne a fourni une fausse adresse courriel et un faux numéro de téléphone, l'adresse IP utilisée pour les appels frauduleux a laissé des traces. Élections Canada et la GRC enquêtent, tandis que le patron de l'entreprise de télémarketing RackNine, montrée du doigt dans le scandale, s'est donné comme mission d'identifier le responsable.

«Pierre Poutine» pourrait se livrer accompagné d'un avocat, puisqu'il risque des accusations criminelles; empêcher les citoyens de voter est un acte illégal, selon la loi électorale.

Le mois dernier, des documents judiciaires provenant d'une enquête d'Élections Canada — et obtenus par Postmedia News — démontraient qu'un téléphone cellulaire jetable, obtenu sous le nom fictif de Pierre Poutine, résident de l'inexistante rue Séparatiste à Joliette, a été utilisé pour faire des appels trompeurs dans la circonscription de Guelph, en Ontario.

Des Ontariens de ce secteur ont reçu des appels téléphoniques — en provenance du code régional 450 — les dirigeant vers un faux bureau de vote. Selon les documents de la cour, ce même numéro aurait aussi appelé l'entreprise RackNine à deux reprises, soit le 30 avril et le 1er mai, à la veille du jour du vote.

Celle-ci aurait été engagée par diverses campagnes conservatrices — dont celle de Stephen Harper — pour faire des appels, notamment pour inciter les supporters conservateurs à aller voter, expliquent des représentants du parti.

Les relevés téléphoniques feraient aussi état de 31 appels entre le bureau du candidat conservateur de Guelph, Marty Burke, et RackNine, entre les mois de mars et de mai 2011. De plus, 41 autres appels auraient été faits entre des bureaux conservateurs de la région d'Ottawa et RackNine, rapporte Postmedia News, des informations utilisées en Chambre par l'opposition pour attaquer le gouvernement.

Après avoir résisté plusieurs jours, les conservateurs ont finalement accepté d'accroître les pouvoirs d'enquête d'Élections Canada pour faire la lumière sur cette affaire.

Depuis que l'affaire a fait surface, Élections Canada est à ce point débordé d'appels de citoyens se disant victimes de ces appels frauduleux que l'organisme a mis en ligne un formulaire pour simplifier le processus de plainte. Plus de 31 000 plaintes ont été reçues à ce jour.

Avec La Presse canadienne

SUIVRE LE Québec