«Degas et le nu» au Musée d'Orsay, à Paris: un itinéraire pictural à travers le corps de la femme (VIDÉO)

Première Publication: 12/03/2012 13:18 Mis à jour: 13/03/2012 16:04

PARIS - Célèbre pour ses danseuses et ses portraits, Edgar Degas a travaillé toute sa vie sur la représentation du corps des femmes et en particulier le nu.

À travers 170 oeuvres du peintre, l'exposition «Degas et le nu» retrace, à partir de mardi au musée d'Orsay, à Paris, l'évolution de son trait, de l'impressionnisme aux prémices de la peinture moderne, expérimentant toutes les techniques picturales à sa disposition.

«Le nu est au coeur de l'expression artistique», le dessin de nu académique constituant un passage obligé d'un étudiant aux beaux-arts, explique Xavier Rey, commissaire de l'exposition et conservateur au musée d'Orsay. Et Edgar Degas «va trouver des solutions esthétiques originales mais dans la lignée des grands nus».

«Il cultive le nu et fait évoluer son style par le nu», qui est «au coeur de l'expérimentation de toutes les techniques: dessin, sculpture, pastel, monotype» (impression sur papier de dessin réalisé sur une plaque de métal).

Cette recherche permanente de Degas (1834-1917) se retrouve dans la densité de cette première exposition monographique chronologique, qui a bénéficié de prêts de plusieurs collections privées et d'institutions américaines dont le Museum of Fine Arts of Boston, qui a coélaboré et présenté cette exposition en octobre 2011, aux États-Unis.

Grâce aux deux premières salles d'une exposition qui en compte sept autour de la thématique du corps, les premiers dessins et toiles de Degas permettent de comprendre son apprentissage, par une mise en miroir avec certaines oeuvres de ses figures tutélaires comme Delacroix.

Au cours des années 1870, Degas, influencé par le réalisme, exécute une série de monotypes de prostituées dans des maisons closes. Travail personnel que le peintre «n'aurait jamais pensé exposer», selon Xavier Rey, tant la nudité et les positions de ces femmes peuvent encore aujourd'hui apparaître crues telle cette femme nue s'apprêtant à s'asseoir sur un bidet («Le Bidet» 1876-77).

Dans «le corps ausculté» et «exposé», Degas s'intéresse aux femmes dans une activité quotidienne intime (bain, coiffure, repos), ajoutant de la couleur par les pastels, mais les présentants toujours de dos, parfois de profil, suivant ainsi le précepte de son contemporain Edmond Duranty: «avec un dos, nous voulons que se révèle un tempérament, un âge, un état social».

«La sensualité n'était pas ce qui se dégageait pour le public contemporain de Degas; il livrait une vision naturaliste où les femmes sont imparfaites, dans des positions disgracieuses», souligne le commissaire de l'exposition. En les représentant dans leur salle de bain, «c'est une manière de dire: 'je me place en observateur du monde contemporain et le replace dans son environnement'».

Vers la fin de sa carrière, les dessins sont plus expérimentaux et dépassent sa volonté de naturalisme, amorçant le XXe siècle de Bonnard, Matisse et Picasso.

- «Degas et le nu»

Musée d'Orsay, à Paris

du 13 mars au 1er juillet 2012

tous les jours, sauf le lundi, de 9h30 à 18h, le jeudi jusqu'à 21h45

Entrée: 12 euros (plein tarif), 9,50 euros (tarif réduit)

Sur le Net: www.musee-orsay.fr

SUIVRE LE Québec

Publié par Julie Marcil  |