NOUVELLES

Cisjordanie: Un ministre israélien conclut une entente avec des colons illégaux

11/03/2012 09:39 EDT | Actualisé 11/05/2012 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Un ministre israélien a annoncé dimanche qu'il avait conclu une entente pour déplacer d'ici trois ans la plus importante colonie non autorisée en Cisjordanie.

Migron, qui compte 50 familles, a été construite en 2001 sur un territoire que les autorités considèrent comme appartenant à la Palestine. La Cour suprême d'Israël a ordonné le démantèlement de la colonie d'ici le 31 mars.

Le ministre Benny Begin a raconté à l'Associated Press qu'il avait réussi à obtenir des colons qu'ils déménagent au sommet d'une colline voisine d'ici trois ans.

Les colons ont confirmé l'accord, qui doit tout de même être approuvé par la Cour suprême. Il n'est pas certain que le tribunal, réputé pour son indépendance, ne donne son aval à l'entente.

L'État hébreu a promis aux États-Unis en 2003 de démanteler Migron et des dizaines d'autres colonies non autorisées, mais n'a toujours pas honoré sa promesse.

Les colons affirment qu'aucun plaignant palestinien n'a prouvé qu'il était propriétaire des terres concernées. Ils soutiennent que Dieu leur a donné le droit de peupler la Cisjordanie, qui fait partie de la patrie biblique d'Israël.

M. Begin a déclaré que le compromis éviterait les affrontements avec les colons.

Yariv Oppenheimer, le directeur de l'organisme anticolonisation La Paix Maintenant, a toutefois raillé l'accord en disant que c'était un moyen de ne pas se conformer au jugement de la Cour suprême.

Les Palestiniens et la majorité des pays de la communauté internationale considèrent que les colonies israéliennes en Cisjordanie empiètent illégalement sur un territoire qui fera éventuellement partie de l'État de la Palestine.

Migron est l'une des nombreuses colonies qui ont été bâties sans le consentement du gouvernement israélien, ce qui font d'elles des installations non autorisées, même du point de vue d'Israël.

PLUS:pc