NOUVELLES

À Toronto, une foule honore les victimes du tsunami de l'an dernier au Japon

11/03/2012 05:33 EDT | Actualisé 11/05/2012 05:12 EDT

TORONTO - Une foule à l'air grave et solennel s'est rassemblée dimanche à Toronto afin d'honorer les milliers de victimes et de déplacés du tsunami qui a frappé le Japon il y a un an.

Nombreux ont été ceux qui ont versé des larmes en regardant défiler des scènes de la tragédie projetées sur un écran pendant une cérémonie tenue en après-midi au Centre culturel canado-japonais.

Toutes les personnes présentes ont baissé la tête en silence à 14 h 46, l'heure à laquelle le tremblement de terre a frappé le 11 mars 2011.

Le triste anniversaire a ravivé plusieurs émotions chez Mark Hirowatari, qui se souvient avoir senti l'édifice dans lequel se trouve son bureau de Tokyo se balancer, lui faisant craindre une attaque terroriste.

M. Hirotawi, qui habite désormais à Toronto, estime que la date du 11 mars est une sorte d'alarme, qui rappelle au monde que le Japon et ses résidants auront besoin d'aide pendant encore plusieurs années.

«Nous n'avons pas terminé, il reste encore beaucoup de travail à faire», a-t-il affirmé.

Le consul général Eiji Yamamoto a louangé tous ceux qui ont prêté main forte aux Japonais afin de les aider après le désastre.

«Nous sommes très reconnaissants de votre compassion et de votre soutien», a-t-il lancé à la foule.

«Nous n'oublierons jamais l'amitié que vous avez témoignée à notre égard quand nous en avions besoin.»

Le premier ministre Stephen Harper a quant à lui souligné «l'incroyable résilience» des Japonais au moment où ils ont dû composer avec la désolation qui règne encore dans les régions frappées par le désastre.

«Notre pays continue d'être inspiré par la manière dont les Japonais — avec calme, ingéniosité et sens pratique — ont canalisé leur frustration dans la reconstruction et le redressement de leur pays», a-t-il indiqué dans un communiqué.

Le séisme de magnitude 9,0 a déclenché un tsunami qui a ravagé la côte nord-est du pays. Plus de 19 000 personnes ont été tuées et des milliers d'autres ont été portées disparues.

Le tremblement de terre a déclenché plusieurs effondrements à la centrale nucléaire de Fukushima, à Okuma, donnant lieu à la pire crise nucléaire qu'a connu le monde en 25 ans.

Les efforts visant à construire les villages côtiers dévastés et à décontaminer les terres ont été plutôt lents. Quelque 325 000 personnes habitent encore dans des logements d'urgence.

Partout au pays du Soleil levant, les Japonais ont commémoré ce triste anniversaire en observant un moment de silence.

Entre-temps, des activistes ont réitéré leurs revendications demandant au pays de mettre fin à sa dépendance au nucléaire lors d'une manifestation organisée chez le producteur d'électricité Tokyo Electric Power, qui opère la centrale de Fukushima.

PLUS:pc