NOUVELLES

Des professeurs discutent d'une grève possible en appui aux étudiants

10/03/2012 04:37 EST | Actualisé 10/05/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - La Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) a bien accueilli la suggestion d'un petit groupe de professeurs collégiaux et universitaires qui souhaitent discuter d'actions possibles pour appuyer la lutte des étudiants contre la hausse de droits de scolarité décrétée par le gouvernement de Jean Charest.

Le quotidien La Presse citait, dans son édition de samedi, l'exemple de six enseignants de cegep qui ont invité, par courriel leurs collègues à planifier des actions plutôt que de simplement «appuyer le mouvement». Le courriel évoque d'ailleurs la possibilité de déclencher une grève des professeurs le 22 mars prochain, alors que se tiendra une grande manifestation étudiante. Un certain nombre se sont rencontrés, la semaine dernière, pour planifier la suite des choses

La CLASSE y voit un signe qu'il s'agit d'une question de société qui doit être prise au sérieux. Son porte-parole, Gabriel Nadeau-Dubois, a déclaré que cette mobilisation des professeurs est «motivante» et a confirmé que les regroupements étudiants et ceux représentant les professeurs sont en contact.

Jean Trudelle, président de la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), appuie ses collègues militants. Il a d’ailleurs participé à la rencontre de la semaine dernière.

Par ailleurs, la CLASSE était réunie en congrès samedi à Sherbrooke, afin de faire le bilan du premier mois de grèves et planifier la suite des choses.

M. Nadeau-Dubois a également ajouté qu'aucune discussion n'est en cours avec le gouvernement qui, selon lui, fait preuve de fermeture complète malgré les appuis de plus en plus variés qu'obtiennent les étudiants.

Le porte-parole de la CLASSE a aussi réagi au refus des étudiants, la semaine dernière dans trois cégeps de la région de Québec, de se joindre au mouvement de grève.

M. Nadeau-Dubois a estimé qu'il est difficile de savoir pourquoi la mobilisation ne fonctionne pas dans certaines régions de la province. Il n'a pas exclu que le contexte médiatique et politique propre à Québec soit en cause.

Une manifestation étudiante aura lieu mardi à Montréal. La fin de semaine prochaine, des rassemblements familiaux coordonnés auront lieu dans cinq régions de la province, afin de symboliser les impacts sur les familles de la classe moyenne.

PLUS:pc