NOUVELLES

Quatre jeunes Mexicains retrouvés démembrés à Cuernavaca

09/03/2012 07:49 EST | Actualisé 09/05/2012 05:12 EDT

MEXICO - L'assassinat de quatre jeunes Mexicains, dont les corps découpés en morceau ont été découverts jeudi dans des sacs de plastique dans une ville du centre du pays, rappelle un crime similaire commis il y a un an, qui a mené à la création d'un mouvement national de défense des victimes de crimes violents.

Selon les procureurs de l'État de Morelos, les corps des victimes, âgées de 14 à 21 ans, ont été trouvés dans une rue de la ville de Cuernavaca, accompagnés d'une note menaçante signée par un cartel de narcotrafiquants. Des photos de la scène montrent notamment un bras sans main près de la note manuscrite.

Les quatre jeunes hommes auraient été étranglés ou asphyxiés avant d'être démembrés, selon une déclaration du bureau du procureur.

Toujours selon le procureur, les quatre jeunes hommes étudiaient dans des écoles de la ville, mais la mère de la plus jeune victime a affirmé que son fils avait quitté la maison une dizaine de jours plus tôt et traînait en scooter dans des quartiers réputés difficiles de la ville.

Les autorités ne savent pas si le garçon était lié à des membres d'un gang, qui utilisent fréquemment des scooters ou des mini-motos pour distribuer de la drogue ou transporter des hommes de main.

Le secrétaire à l'Intérieur de l'État de Morelos, Oscar Hernandez Benitez, a déclaré dans un communiqué qu'il avait ordonné un renforcement des patrouilles dans la ville après la découverte des corps. Il a aussi appelé le public à «former un front uni contre la violence».

Cuernavaca, surnommée «la ville du printemps éternel», était autrefois une cité balnéaire tranquille fréquentée par des touristes et de riches résidants de la capitale fédérale, située à environ 65 kilomètres de là.

Mais depuis quelques années, la ville est devenue le théâtre d'une guerre de territoire entre les cartels de la drogue. Les résidants de la ville ont été abasourdis quand le fils du poète Javier Sicilia et six de ses amis ont été retrouvés morts dans une voiture en mars 2011. Six membres présumés d'un gang ont été accusés dans cette affaire et attendent leur procès.

Javier Sicilia a fondé un mouvement national pour réclamer la fin des violences liées à la drogue au Mexique, qui ont fait au moins 47 515 morts depuis décembre 2006, quand le président Felipe Calderon a lancé une offensive contre les narcotrafiquants. Des milliers d'autres personnes sont disparues pendant cette période.

Vendredi, M. Sicilia a déclaré que ces nouveaux meurtres montraient que rien n'a changé depuis la mort de son fils. Le gouvernement continue de laisser faire ces crimes, a-t-il dit.

«Malheureusement, nous voyons la même histoire se répéter, a dit M. Sicilia. Ces crimes dans l'État de Morelos, de même que ceux commis à travers le pays, sont la preuve de manque d'efficacité du gouvernement et de sa distanciation du peuple. La preuve la plus évidente de cela, c'est que 98 pour cent des crimes restent impunis.»

PLUS:pc