NOUVELLES

Mariam Makhniashvili: le décès de la jeune femme confirmé

09/03/2012 02:34 EST | Actualisé 09/05/2012 05:12 EDT
CP

TORONTO - La police de Toronto a indiqué vendredi que des restes humains retrouvés dans un boisé étaient ceux de Mariam Makhniashvili, une adolescente disparue il y a deux ans et demi.

Son décès aurait été causé par une chute d'une «hauteur considérable», ont indiqué les policiers. La jeune fille serait tombée d'un viaduc d'une autoroute à proximité — la piste de l'homicide est donc écartée par la police.

Le corps de la jeune fille a été retrouvé le 28 février dans une région boisée du nord de la ville, près de la rue Yonge et de l'autoroute 401.

Mariam Makhniashvili avait 17 ans lorsqu'elle est disparue, le 14 septembre 2009, après son arrivée à l'école Forest Hill.

Le seul indice fiable avait été la découverte de son sac à dos et de livres scolaires dans un stationnement un mois après sa disparition.

La famille Makhniashvili, originaire de Géorgie, s'était installée à Toronto trois mois seulement avant la disparition de la jeune fille.

Les parents avaient d'abord vécu à Los Angeles pendant cinq ans avant d'emménager à Toronto, tandis que Mariam et son frère étaient restés en Géorgie avec leurs grands-parents.

Au cours de la première année suivant sa disparition, la police a passé des milliers d'heures à enquêter, interroger des centaines de personnes et examiner les éléments de preuve.

Le directeur de la police de Toronto avait finalement autorisé un réexamen du dossier, ce qui implique qu'une douzaine d'enquêteurs revoient l'affaire sous un oeil neuf. Ils n'avaient toutefois rien trouvé de nouveau.

L'affaire avait aussi donné lieu à un certain nombre de signalements erronés de personnes croyant l'avoir vue, à Toronto mais aussi jusqu'en Alberta.

Son père, Vakhtang Makhniashvili, a plaidé coupable l'an dernier à trois chefs d'accusation de voies de fait graves, et a été condamné à six ans de prison. Les accusations avaient été déposées après deux agressions avec un couteau, contre un voisin de Makhniashvili et contre le couple qui avait fourni son cautionnement.