Huffpost Canada Quebec qc

Mauro Biello savoure plus que quiconque l'entrée de l'Impact en MLS

Publication: Mis à jour:
MAURO BIELLO IMPACT SOCCER
Mauro Biello savoure plus que quiconque l'entrée de l'Impact en MLS. (Photo PC) | PC

MONTRÉAL - Le premier match de l'Impact de Montréal en MLS aura lieu samedi à Vancouver et ils seront plusieurs, parmi les bâtisseurs du soccer au Québec, à vivre ce moment comme un triomphe. Mais personne ne savourera cette consécration davantage que Mauro Biello.

Car Biello est le seul, avec Nick De Santis, à pouvoir se vanter d'avoir fait partie intégrante de l'aventure de l'Impact depuis le début — comme joueur, entraîneur ou dirigeant.

«C'est remarquable de constater où le soccer se situait au début et où il se trouve maintenant», a déclaré Biello au cours d'un entretien avec La Presse Canadienne cette semaine.

«Quand je pense aux épreuves que tout le monde a dû traverser, à toutes les fois où les joueurs ont dû sauter littéralement par-dessus la clôture d'un terrain pour pouvoir s'entraîner, et maintenant de voir à quel niveau on se trouve… C'est formidable. Montréal le mérite, tout comme les gens qui y ont travaillé pendant tant d'années», a ajouté celui qui occupe le poste d'adjoint à l'entraîneur chez l'Impact depuis sa retraite en tant que joueur à l'issue de la saison 2009.

«Je suis très heureux d'avoir vécu tout ça et d'en faire partie encore aujourd'hui, a par ailleurs noté Biello, tout en soulignant l'apport de la famille Saputo, ainsi que des nombreux joueurs qui ont porté l'uniforme de l'Impact au fil des ans. Même si ce n'est pas toujours facile. Toutes ces fois où il a fallu gérer des égos, gérer la pression…»

Biello a choisi de consacrer sa vie à l'Impact alors que le destin aurait facilement pu l'amener ailleurs. À Rochester, par exemple, quand le club montréalais a été abandonné en pleine saison 2001 par le Groupe Ionian, alors propriétaire du club. Mis sous la tutelle de la ligue, les joueurs avaient accepté d'aller jouer un autre match à Pittsburgh.

«Je croyais que c'était fini, reconnaît aujourd'hui Biello. Quand je suis retourné chez moi après ce match-là, il y avait un message sur mon répondeur. C'était Chris Economides, qui était alors le grand patron des Rhinos, et il était prêt à m'embaucher tout de suite. J'ai participé à une conférence téléphonique où ils nous ont expliqué, à ma conjointe et moi, comment ils allaient nous installer là-bas. Dans ma tête, j'étais en route vers Rochester. Mais Joey (Saputo) est revenu dans le portrait.

«Joey m'a dit qu'il allait relancer l'équipe, qu'il avait un plan qui serait bâti autour de moi, et j'ai décidé de rester.»

Biello n'avait aucune garantie, à ce moment, que l'équipe allait poursuivre ses activités la saison suivante. Sauf que le Montréalais de naissance aurait eu davantage de regrets s'il avait quitté et vu l'Impact grandir sans lui, que s'il était resté pour rien. Il est donc resté.

«Je croyais en ce que Joey allait faire, je voulais en faire partie, a affirmé Biello. Je n'aurais jamais pu mettre le pied sur le terrain pour jouer avec Rochester contre Montréal.»

Pas de retour à la Lafleur

Des regrets, Biello n'en a pas plus aujourd'hui, même si c'est un peu en retrait qu'il accompagne l'Impact en MLS. Jamais n'a-t-il songé à revenir au jeu afin de tenter de relever le même défi qu'Eduardo Sebrango, qui a été retenu au sein de la formation de Jesse Marsch contre toute attente.

«Peut-être que oui, parfois, l'idée m'effleure l'esprit… Tu m'as vu marquer ces buts à l'entraînement?, a lancé Biello, une étincelle dans les yeux, après la séance de mardi. Mais je vais avoir 40 ans, je suis heureux. Si je travaille avec certains attaquants et qu'ils marquent, j'en retire le même plaisir que j'aurais eu comme joueur.

«Jouer, c'est vraiment fini pour moi», a ajouté Biello, qui a d'ailleurs quitté parce qu'il ne pouvait plus supporter la douleur physique attribuable à des problèmes plantaires.

«C'était un combat au quotidien, a-t-il décrit. Au milieu de la saison, j'ai dit à la direction que ce serait ma dernière. Je ne l'ai dit à personne d'autre, pas même aux joueurs. Je savais que c'était la fin pour moi quand on a gagné le championnat cette année-là. Quand je me suis amené sur le terrain et qu'on m'a accordé cette belle ovation, j'ai ressenti quelque chose de vraiment spécial.»

Pas comme figurant

Biello s'est aussitôt vu confier le poste d'entraîneur-adjoint, aux côtés de Marc Dos Santos. Une embauche qui allait de soi puisqu'il faisait partie des meubles. Mais qui est devenue moins évidente, toutefois, quand Marsch s'est amené. Celui-ci avait les pleins pouvoirs pour déterminer la composition de son personnel d'entraîneurs.

Biello a finalement été retenu, à ses conditions. Il l'avait dit bien clairement à De Santis, son patron mais aussi son ami de longue date et son beau-frère: pas question qu'il accepte un rôle de figurant.

Et ce sera le cas, a assuré Biello. Celui-ci n'accompagnera pas l'Impact à l'occasion des matchs à l'étranger cette saison, mais c'est pour une bonne cause.

«Je vais travailler avec les joueurs qui resteront à Montréal pendant que l'équipe est à l'extérieur, a-t-il expliqué. Je travaille également de concert avec l'Académie du club pour identifier quels joueurs sont prêts à faire le saut. Et pendant les matchs à domicile, je serai celui qui regardera les matchs d'en haut avec un micro. J'ai le sentiment de contribuer.»

Biello a par ailleurs entamé l'étude de sa licence B nationale d'entraîneur. Il aimerait un jour devenir entraîneur-chef.

«J'y vais une année à la fois, a-t-il indiqué. Même si je suis dans les parages depuis longtemps, (la MLS) est quelque chose de nouveau pour moi. Je dois voir comment je me débrouille. Je veux faire ça comme il faut. Je veux prendre mon temps, obtenir mes licences, prendre de l'expérience et quand je serai prêt, je ferai le saut.»

Un texte de Marc Tougas

Sur le web

Mauro Biello - Wikipédia

Même s'il est vieux, il joue encore, Mauro Biello - YouTube

Hommage à Mauro Biello/Tribute to Mauro Biello | Facebook

Le nouveau défi de Mauro Biello | Pascal Milano | Soccer

Mauro Biello demeure entraîneur-adjoint avec l'Impact en MLS ...

Mauro Biello satisfait des progrès de l'équipe | Montreal Impact