NOUVELLES

Russie: Vladimir Poutine rabroue ses opposants et nie toute fraude électorale

07/03/2012 04:26 EST | Actualisé 07/05/2012 05:12 EDT

MOSCOU - Vladimir Poutine a écarté mercredi les accusations de fraude électorale lancées par l'opposition, estimant que les irrégularités n'avaient pas été assez significatives pour affecter le résultat de l'élection présidentielle de dimanche en Russie.

Le premier ministre et président élu a rabroué ses adversaires, les critiquant pour ne pas avoir proposé de programme constructif et mettant l'opposition au défi de devenir une véritable force politique en prouvant sa valeur dans les urnes.

Les remarques de Vladimir Poutine laissent penser qu'il n'a aucune intention d'adoucir ses politiques en réponse aux grandes manifestations qui ont révélé l'ampleur de la colère publique face à ses 12 ans de règne.

«Ceux qui perdent n'aiment jamais leur défaite», a-t-il dit mercredi.

M. Poutine, qui n'a cessé de restreindre les libertés de la Russie post-soviétique pour resserrer le contrôle de la scène politique, a suggéré que ses opposants tirent profit des futures lois qui faciliteront l'enregistrement des partis politiques et assoupliront les règles des campagnes électorales.

Le Kremlin a proposé ces réformes en réponse aux manifestations contre Vladimir Poutine, alimentées par les fraudes électorales aux élections législatives du mois de décembre.

Les autorités ont approuvé une nouvelle manifestation samedi sur Novy Arbat, l'une des principales avenues de Moscou, mais même les organisateurs du rassemblement ont admis qu'il serait difficile de maintenir l'élan du mouvement populaire.

Vladimir Poutine, qui a été président de 2000 à 2008 avant de céder sa place à Dimitri Medvedev à cause des limitations imposées aux mandats présidentiels successifs, a été réélu pour un troisième mandat avec 64 pour cent des voix. L'opposition et les observateurs indépendants affirment que le scrutin a été entaché par des violations massives.

La Ligue des électeurs, une organisation civile qui a formé des volontaires pour surveiller l'élection présidentielle, a affirmé mercredi qu'elle ne reconnaissait pas les résultats du scrutin, qu'elle a qualifié d'injuste et de malhonnête.

Vladimir Poutine a rejeté ces allégations, affirmant qu'il y avait peut-être eu quelques irrégularités, mais que cela n'avait pas affecté plus de un pour cent des voix, dans le pire des cas.

«Nos opposants doivent écouter la voix du peuple, qui a donné son opinion», a-t-il dit à la télévision. «La société ne semble pas apprécier ce qu'ils ont à offrir.»

PLUS:pc