Québec doit forcer Huntingdon à respecter la loi 101, clame le Parti québécois

French

Première Publication: 7/03/2012 12:31 Mis à jour: 8/03/2012 14:40

QUÉBEC - L'opposition péquiste a exhorté mercredi le gouvernement Charest à prendre tous les moyens à sa disposition pour forcer la municipalité de Huntingdon à respecter la loi 101.

Pour le député Yves-François Blanchet, le gouvernement doit intervenir avec «sévérité» pour court-circuiter la résolution de défi à la loi 101 votée par cette petite ville de la Montérégie au nom de sa minorité de résidants anglophones.

À défaut d'une riposte immédiate, le geste posé par la ville du maire Stéphane Gendron risque de faire tache d'huile, a soutenu le porte-parole du Parti québécois en matière de langue.

Pour remettre au pas la municipalité, l'Office québécois de la langue française (OQLF) doit soumettre sans plus attendre le dossier au Directeur des poursuites criminelles et pénales, a fait valoir M. Blanchet.

Si les amendes ne suffisent pas, le ministère des Affaires municipales peut aussi intervenir pour faire annuler la décision du conseil de ville, a-t-il rappelé.

Le député de Drummond reproche au gouvernement libéral de rester les bras croisés devant l'accumulation des cas d'infraction aux dispositions de la loi 101 dans les municipalités.

Par crainte de perdre l'appui de sa clientèle anglophone, le Parti libéral a abandonné la protection de la langue de la majorité québécoise, a-t-il accusé.

En renonçant à exercer «toute autorité morale», le gouvernement permet à des villes entières de piétiner la loi, s'est insurgé M. Blanchet.

Le député refuse toutefois d'accorder trop d'importance aux commentaires du maire Gendron selon lesquels la loi 101 est une législation «raciste» et «discriminatoire».

À son avis, le coloré politicien municipal tient des propos «orduriers» et volontairement provocateurs dans le seul but de mousser sa carrière à la télévision.

SUIVRE LE Québec

Publié par Patrick White  |