NOUVELLES

Près de la moitié des créanciers privés grecs accepteront l'échange obligataire

07/03/2012 03:51 EST | Actualisé 07/05/2012 05:12 EDT

BRUXELLES - Le taux de participation des créanciers privés de la Grèce à un important échange de titres obligataires a progressé mercredi, rapprochant le pays d'un sauvetage financier qui lui éviterait de sombrer dans le chaos financier et de raviver la crise européenne des dettes.

À quelque 24 heures de la date limite pour accepter l'opération, des investisseurs détenant environ la moitié de la dette privée de la Grèce s'étaient engagés publiquement à participer à l'échange obligataire qui leur occasionnerait des pertes mais leur éviterait probablement d'en contracter d'encore plus importantes si Athènes en venait à se retrouver en défaillance.

Pour que la transaction fonctionne — et pour que la Grèce puisse mettre la main sur un plan de sauvetage de 130 milliards d'euros —, le taux de participation à l'échange doit être de 90 pour cent. Cependant, un taux de participation volontaire de 70 pour cent pourrait être suffisant pour forcer les récalcitrants à imiter la majorité.

Les problèmes financiers de la Grèce sont au coeur de la crise européenne qui se poursuit depuis deux ans. L'allégement de la dette de ce pays est crucial au plan d'ensemble qui vise à préserver le bon fonctionnement de la zone euro, qui regroupe 17 États.

L'euro et les marchés financiers ont crû mercredi, au fur et à mesure que les perspectives s'amélioraient quant à l'issue de l'opération obligataire.

PLUS:pc