DIVERTISSEMENT

Félicien Marceau: l'écrivain français est mort

07/03/2012 08:46 EST | Actualisé 07/03/2012 08:47 EST
AFP

PARIS, 7 mars 2012 (AFP) - L'écrivain français d'origine belge Félicien Marceau, mort mercredi à l'âge de 98 ans, était entré à l'Académie française en 1976 et laisse derrière lui une immense oeuvre littéraire, riche de plus de quarante romans, essais et pièces de théâtre.

Fort d'un style tantôt acide, tantôt humoristique, le regard essentiellement tourné vers la quête de liberté de l'individu dans une société par nature oppressante, il était volontiers insolent, parfois provocateur mais toujours tendre et délicat.

Né le 16 septembre 1913 à Cortenberg (Belgique), Félicien Marceau, de son vrai nom Louis Carette, fait ses études au collège religieux et à la faculté de droit de Louvain.

Chroniqueur à la radio-télévision belge à partir de 1936 et jusqu'en 1942 - sous l'occupation allemande - il s'exile en France à partir de 1944.

Auteur de "Chasseneuil" (1948), "Chair et cuir", "Capri, petite île" (1951), ou encore "Bergère légère" (1953), son prix Goncourt pour "Creezy" en 1969 récompense un auteur déjà consacré par la critique et le lectorat français. Il publie aussi "Appelez-moi mademoiselle" (1984), "Un oiseau dans le ciel" (1989), "Le voyage de noces de Figaro" (1994).

Il est simultanément très apprécié comme dramaturge, notamment au théâtre de l'Atelier. "L'Oeuf" (1956), "la Bonne soupe" (1958), "La preuve par quatre" (1963) ou encore "Un jour, j'ai rencontré la vérité" (1966) constituent d'indéniables succès populaires.

Naturalisé Français en 1959, il entre à l'Académie française en 1976, au fauteuil de Marcel Achard.

Chevalier de la Légion d'honneur, il avait notamment reçu le prix Interallié (1955), le grand prix de la société des auteurs et compositeurs dramatiques (1975), le prix Jean Giono (1993) et le prix Jacques Audiberti pour l'ensemble de son oeuvre (1994).

© 1994-2012 Agence France-Presse