NOUVELLES

Après Bombardier, l'avionneur chinois COMAC conclut une entente avec Boeing

07/03/2012 01:52 EST | Actualisé 07/05/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Moins d'un an après avoir signé une entente avec Bombardier (TSX:BBD.B), voilà que l'avionneur chinois COMAC vient de faire de même avec le géant américain Boeing.

Dans une déclaration conjointe publiée mardi, les deux constructeurs s'engagent à favoriser «la croissance de l'industrie de l'aviation commerciale en Chine et potentiellement partout dans le monde».

Dans le cadre de l'entente, Boeing et COMAC mettront sur pied, à Pékin, un «centre technologique de conservation de l'énergie et de réduction des émissions dans le secteur de l'aviation».

De plus, les hauts dirigeants des deux entreprises se rencontreront une fois par année et mettront en commun leurs prévisions de ventes pour les avions commerciaux.

Le 24 mars 2011, Bombardier et COMAC avaient signé une «entente stratégique» qui prévoyait une «coopération à long terme dans le secteur des avions commerciaux», plus particulièrement dans les domaines du marketing et des relations avec la clientèle. Or, l'accord définitif n'a pas encore été paraphé.

Une porte-parole de Bombardier Aéronautique, Haley Dunne, a affirmé mercredi que les pourparlers avec COMAC «progressent bien» et que la multinationale montréalaise espère les conclure bientôt.

L'accord Boeing-COMAC «n'a aucun impact sur notre propre entente» avec la compagnie chinoise, a assuré Mme Dunne au cours d'un entretien téléphonique.

Les deux ententes portent sur «des domaines complètement différents», a-t-elle soutenu.

L'un des objectifs évoqués lors de l'annonce faite l'an dernier par Bombardier et COMAC était d'accroître la part de marché des deux constructeurs, et ce, tant sur les marchés émergents que dans les pays développés.

Après tout, certains des produits des deux entreprises sont complémentaires: Bombardier développe actuellement la CSeries, une gamme d'avions de 100 à 145 places, alors que COMAC prépare le lancement du C919, qui comptera de 168 à 190 sièges.

Par contre, COMAC développe aussi un jet régional, l'ARJ21, qui concurrencera les appareils de la famille CRJ de Bombardier.

L'action de Bombardier a clôturé à 4,08 $ mercredi, en hausse de 0,7 pour cent, à la Bourse de Toronto.

PLUS:pc