Une région semi-autonome proclamée dans l'est de la Libye

Publication: Mis à jour:
LIBYA
La chaos s'installe en Libye. (Photo Archives) | Getty Images

BENGHAZI, Libye - Des dirigeants tribaux et des chefs de milices libyens ont annoncé mardi la création d'une région semi-autonome dans l'est du pays, une décision unilatérale que le président par intérim a qualifiée de «conspiration» des pays arabes pour diviser le pays, six mois après la chute de Mouammar Kadhafi.

Des milliers de représentants de dirigeants tribaux, de chefs de milices et d'hommes politiques ont proclamé la création de la région semi-autonome de Barqa lors d'une cérémonie à Benghazi, la principale ville de l'est de la Libye, insistant sur le fait que le geste ne visait pas à diviser le pays. Ils ont affirmé qu'ils voulaient que leur région continue de faire partie d'une Libye unie, mais qu'ils souhaitaient mettre fin à des décennies de discrimination.

Ils ont annoncé que la région de Barqa aurait son propre Parlement, sa propre police, ses propres tribunaux et sa capitale, Benghazi. La gestion de la politique étrangère, de l'armée nationale et des ressources pétrolières seront laissés au gouvernement central à Tripoli. La région de Barqa couvrirait près de la moitié du territoire libyen, du centre du pays à la frontière égyptienne à l'est, et jusqu'aux frontières avec le Tchad et le Soudan au sud.

Mustafa Abdul-Jalil, chef du Conseil national de transition (CNT) qui dirige le gouvernement intérimaire, a prévenu que cette initiative risquait de mener à la partition de la Libye. Mais il a aussi dit qu'une telle initiative n'était pas surprenante puisque l'est du pays a joué un rôle clé dans le soulèvement contre le régime de Mouammar Kadhafi.

«Certains pays arabes, malheureusement, ont des partisans et ont encouragé cette initiative», a dit M. Abdul-Jalil, sans nommer de pays en particulier. «Ces pays financent ce genre de querelle inacceptable», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Tripoli. «Ce qui s'est produit aujourd'hui est le début d'une conspiration contre la Libye et les Libyens.»

M. Abdul-Jalil a aussi appelé les Libyens à la patience et à la détermination face aux problèmes grandissants du pays.

Fadl-Allah Haroun, un important dirigeant tribal et commandant d'une milice dans l'est, a expliqué que la déclaration d'autonomie visait l'indépendance administrative, et non la séparation.

«Nous ne parlons pas de changer le drapeau ou l'hymne national. Nous parlons d'une administration, d'un Parlement et d'une gestion financière différents», a-t-il dit.

L'est de la Libye a été le berceau du soulèvement et de la guerre civile qui ont mené au renversement de Mouammar Kadhafi. Dès les premiers jours du soulèvement, l'est est passé sous le contrôle de l'opposition et y est resté jusqu'à la chute du régime, au mois d'août. Ce sont les rebelles de l'est qui ont mis sur pied le Conseil national de transition à Benghazi, qui a finalement formé un gouvernement intérimaire à Tripoli.

La région semi-autonome de l'est veut ressusciter le système en place de 1951 à 1963, quand la Libye, dirigée par une monarchie, formait une fédération de trois provinces: la Tripolitaine dans l'ouest, le Fezzan dans le sud-ouest, et la Cyrénaïque dans l'est — appelée Barqa en arabe.

Les résidants de l'est estiment que l'autonomie est nécessaire pour mettre fin à la marginalisation dont leur région a souffert sous le règne de Kadhafi. L'ancien dictateur a concentré son attention et ses largesses sur l'ouest du pays, laissant les infrastructures se dégrader dans l'est, une région qui a toujours été une source d'opposition au régime.

Plusieurs partisans de la région semi-autonome accusent le CNT de continuer de favoriser l'ouest. Après la libération officielle de la Libye en octobre, le CNT et le gouvernement intérimaire ont déménagé à Tripoli, dans l'ouest. La majorité des ministres du cabinet sont originaires de l'ouest.

Sur le web

Histoire de la Libye - Wikipédia

Libye - Wikipédia

Libye | Slate Afrique

libye | Rue89

Muammar Kadhafi est mort - Le Point

Libye: des dirigeants déclarent l'autonomie de l'Est

Algérie : en visite en Libye, Medelci discute du sort des Kaddafi

En Libye, des islamistes profanent un cimetière militaire britannique

Libye : autonomie de l'Est déclarée